De l’autre côté de la frontière

L’économie belge pourrait reculer de 5% à cause de l’épidémie D’après Belfius, le PIB belge pourrait reculer de 5% en 2020 étant donné que plusieurs secteurs majeurs se retrouvent lourdement impactés. En effet, certaines entreprises ont fermé leurs portes suite à des problèmes divers comme les difficultés d’approvisionnement, la baisse de la demande de produits […]

Le port d'Anvers © creativenature.nl

L’économie belge pourrait reculer de 5% à cause de l’épidémie

D’après Belfius, le PIB belge pourrait reculer de 5% en 2020 étant donné que plusieurs secteurs majeurs se retrouvent lourdement impactés. En effet, certaines entreprises ont fermé leurs portes suite à des problèmes divers comme les difficultés d’approvisionnement, la baisse de la demande de produits ou l’absence des employés. Au mois de mars, le baromètre conjoncturel de la Banque nationale a enregistré une baisse qui n’a jamais été observée auparavant. En dépit de cette situation critique, le bancassureur belge prévoit, néanmoins, un redressement solide et rapide de l’économie durant le second semestre de l’année. Selon la banque, la Belgique pourrait rattraper une partie de la consommation et de la production dans un contexte plus favorable, grâce notamment à une politique monétaire et budgétaire expansive.

La Wallonie fait face à la pénurie de masques

Une force opérationnelle a été mise en place par le gouvernement wallon en vue de pallier la pénurie de masques et soutenir le personnel soignant, en première ligne. Deux solutions concrètes ont émergé afin de faire face à cette situation critique. La première consiste en une production locale des masques. Sur ce point, le choix s’est porté sur la société Deltrian International implantée à Fleurus. Celle-ci prévoit la mise en service de deux lignes de production d’une capacité de 30 millions d’unités par an, ainsi que des infrastructures nécessaires pour les matières premières et le stockage des produits finis. Cette opération sera réalisée grâce à une entité créée par Deltrian, en collaboration avec le Gouvernement qui en détient 49% des parts. La deuxième piste identifiée consiste à décontaminer des masques chirurgicaux et de protection respiratoire (FFP2/3) usagés. Un protocole a déjà été mis au point et sera soumis à l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé. En cas de validation, ce processus sera opérationnel dans les prochaines semaines.

Le «World’s 50 Best Restaurants Awards» reporté à 2021

En raison de l’incertitude concernant la durée de la situation sanitaire, la cérémonie des «World’s 50 Best Restaurants Awards» est reportée à 2021. Considérée comme les «Oscars de la gastronomie», l’événement devait se tenir à Anvers au début du mois de juin. La décision de report a été prise suite à une réunion entre le gouvernement flamand, la ville d’Anvers et le détenteur des droits internationaux William Reed Ltd. L’objectif est de préserver la santé et la sécurité des chefs cuisiniers, des visiteurs belges et étrangers. Les organisateurs ont indiqué que l’édition 2021 aura lieu dans la même ville, mais la date exacte n’a pas encore été définie.

Proximus réduit son dividende annuel

Le 31 mars, Proximus a présenté sa stratégie d’entreprise à l’horizon 2022. L’opérateur a ainsi annoncé la réduction de son dividende au cours des trois prochaines années. Ce dernier va s’établir à 1,20 euro brut par action au lieu de 1,50. Par conséquent, L’État belge, plus grand actionnaire de l’entreprise, verra ses recettes diminuer de 54,3 millions d’euros annuellement. Cette démarche devrait être approuvée par les actionnaires lors de l’assemblée générale. Par ailleurs, le 1er avril, l’enseigne a lancé la 5G avec une couverture initiale de plus de 30 communes de Belgique. Elle compte également accélérer son programme de déploiement de la fibre. Avec ces nouvelles dispositions, Proximus ambitionne de devenir l’opérateur de référence en Europe.

Les modalités du report de paiement des crédits hypothécaires et professionnels

Désormais, les particuliers et les entreprises impactés par l’épidémie du Coronavirus ont la possibilité de geler le remboursement de leurs emprunts pour une durée maximale de six mois. Les emprunteurs dont les revenus nets mensuels sont inférieurs à 1 700 euros n’auront pas à payer d’intérêts pour cette période. D’autre part, le report ne peut être accordé qu’aux personnes réellement touchées par la crise et qui remplissent les conditions d’octroi. Pour les entreprises, cette mesure peut être appliquée pour les demandes introduites jusqu’au 30 avril inclus. Les banques s’engagent, pour leur part, à ne pas imputer les frais administratifs habituels, y compris les frais de dossier.