Entretien avec Alain Griset, président de la CMA Hauts-de-France

«Accompagner les artisans car la reprise sera progressive»

Alain Griset, président de la CMA Hauts-de-France et président national de l’U2P (Union de entreprises de proximité), travaille aux côtés des artisans et des petites entreprises pour les accompagner au mieux durant la crise sanitaire. Entre inquiétudes et interrogations des artisans, il travaille à une reprise économique sans trop de dégâts.

© leszekglasner

La Gazette : Vous avez mené une étude entre le 24 et 26 mars : 91% des artisans seront impactés par une baisse du CA, 89% jugent leur trésorerie dégradée et 36% envisagent une diminution de leur effectif. Êtes-vous inquiet pour l’avenir de la profession ?

Alain Griset : Cette étude montre la réalité. Nous n’avons jamais connu une telle crise sanitaire et elle va engendrer une crise économique. On essaie d’accompagner les artisans car la reprise sera progressive. Il faut très vite instaurer un plan de relance. Les artisans font un constat et ils s’inquiètent, c’est normal. L’objectif est qu’un maximum d’entreprises ouvrent, en glissement, et nous espérons qu’il n’y aura pas trop de casse.

Du côté des mesures prises par le Gouvernement, le Fonds de solidarité, le chômage partiel, le report ou l’obtention de délais de paiement pour les cotisations Ursaff. Qu’en pensez-vous ?
Si nous n’avions pas eu le chômage partiel, il y aurait eu des millions de chômeurs, comme c’est le cas aux États-Unis. Chômage partiel, PGE, le Fonds de solidarité, le report des charges… oui, ce sont des mesures d’aide primordiales, même si nous souhaitons une exonération. Si les collègues utilisent bien ces dispositifs, la reprise devrait relativement bien se passer. Il faut être réactif et nous sommes là pour les accompagner dans leurs démarches car ils n’ont pas l’habitude d’être aidés : ils sont indépendants et n’ont pas le réflexe. Mais, dans cette situation, il faut utiliser les aides. Il faut aussi envisager l’avenir pour que la reprise se fasse : par exemple, on parle de la réouverture des coiffeurs avec la mise en place de protocoles sanitaires, mais cela va engendre un coût : qui va payer ? Cela va engendrer soit des charges supplémentaires pour l’entrepreneur, soit une hausse des prix pour le consommateur. Mais nous craignons une baisse du pouvoir d’achat. Donc, nous avons pensé, par exemple, à la baisse de la TVA pour éviter l’inflation et la baisse du pouvoir d’achat. Il faut continuer à réfléchir sur les mesures, étape par étape.

Alain Griset, président de la CMA Hauts-de-France.

Quelles sont vos actions en région ?
Nous avons 95 000 entreprises, 41 sites, 21 centres de formation et 1 000 collaborateurs. Nous avons donc été très réactif dès les premières mesures de confinement. Tous les collaborateurs sont en télétravail. L’objectif est aussi d’expliquer les mesures, car elles ont été nombreuses et ont beaucoup évolué au fil du temps. Nous enregistrons 40% d’appels en plus que d’habitude, sachant que nous recevons 200 000 appels à l’année. Il y a une crise : on assume, on répond et on accompagne. On travaille aussi avec les collectivités et nous trouvons des solutions. Nous avons, par exemple, un Fonds d’aide sociale pour les entreprises. Nous mobilisons les services de l’Urssaf et d’autres dispositifs pour répondre à toutes les problématiques.

Dans cette crise, quel est votre combat ?
Il y a deux combats majeurs : qu’il y ait le moins possible de fermetures et que la reprise se fasse avec une méthode différente, notamment avec les nouveaux protocoles sanitaires, mais qui fonctionne avec des artisans prêts pour ce nouveau défi.

Nous entrons dans la phase du déconfinement. Quel regard portez-vous sur les mesures annoncées ?
Il faut déconnecter le terme de déconfinement à celui de reprise économique. Il peut y avoir un confinement et un activité économique en même temps. D’ailleurs, depuis le confinement l’activité économique ne s’est pas totalement arrêtée, il y a beaucoup d’entreprises qui sont encore en activité. Nous sommes demandeur d’une reprise la plus rapide possible. Nos collègues veulent travailler. Si on respecte les protocoles sanitaires, il n’y pas de problème et l’activité peut reprendre. Je travaille avec pragmatisme et on a su s’adapter, nous allons continuer à le faire. Aujourd’hui, je ne peux rien prédire, cette crise est exceptionnelle. Nous travaillons en fonction de beaucoup de paramètres et nous réfléchissons à des mesures au fur et à mesure des étapes de cette crise.

Quel est votre message aux artisans inquiets ?
Ils ont raison de s’inquiéter, mais ils peuvent faire confiance à la CMA. Nous sommes là pour répondre aux questions mais aussi pour porter leurs inquiétudes jusqu’au Gouvernement et négocier pour eux. C’est notre combat quotidien. Je souhaite leur dire de ne pas hésiter à utiliser les outils et dispositifs existants. En tant qu’indépendant, ce n’est pas naturel. Mais il faut forcer sa nature au vu de la situation, qui est difficile. N’ayez pas peur de dire que vous avez peur et que vous avez des problèmes, cela peut sauver l’entreprise. De même, si des collègues sont en détresse psychologique, il ne faut pas hésiter à accepter de parler. Ce sujet est aussi important que le sujet économique. Il nous préoccupe également et il ne faut pas le négliger.

« Nous sommes là pour les accompagner dans leurs démarches, car ils n’ont pas l’habitude d’être aidés, ils sont indépendants et n’ont pas le réflexe » souligne Alain Griset. © FreeProd

Des indicateurs inquiétants

Les indicateurs conjoncturels du premier trimestre 2020 montrent que 91% des artisans de la région prévoient une baisse de leur chiffre d’affaires (89% dans le Pas-de-Calais, 91% dans l’Aisne, 92% dans le Nord et dans l’Oise, 93% dans la Somme). Cette étude menée par la CMA Hauts-de-France auprès de plus de 4 000 artisans «préfigure un basculement vers des situations de réelles complexités économiques», note cette étude.

• 78%* estiment leur situation économique comme étant «mauvaise» pour le deuxième trimestre 2020 contre 20% pour le premier trimestre.

• 91%* estiment que leur chiffre d’affaires sera en baisse pour le deuxième trimestre 2020.

• 89%* jugent leur trésorerie comme «dégradée».

• 36%* envisagent une diminution de leurs effectifs.

• Seuls 7%* vont investir au deuxième trimestre 2020 contre 25% au premier trimestre.

Dans la région, la difficulté la plus rencontrée par les artisans est l’approvisionnement : du matériel professionnel (57% des artisans), du matériel de protection (53%) et des matières premières (43%).

* Étude menée entre le 24 et le 26 mars 2020.