Harmonie Mutuelle, entre gestion et reprise

Depuis la crise du Covid-19, Harmonie Mutuelle accompagne les chefs d’entreprise ainsi que les salariés de la région en difficulté financière et psychologique. Fonds de secours, sondage, écoute… la mutuelle continue son action pendant le déconfinement et s’adapte aux nouveaux enjeux au sein des entreprises.

«Nous arrivons à une nouvelle ère de nos missions de fait. Il faut se réadapter» souligne Virginie Malnoy. © OceanProd

La crise du Covid-19, de sanitaire, s’est rapidement transformée en crise économique, puis psychologique… Des domaines intimement liés qu’il faut gérer de façon concomitante pour espérer en limiter les conséquences dramatiques. Du côté d’Harmonie Mutuelle, la mutuelle la plus importante de France, l’étendue de cette situation est prise en compte. La clé ? La proximité et la connaissance des problèmes des chefs d’entreprise. «Dès le début du confinement, nous avons effectué des appels de courtoisie auprès de nos entreprises adhérentes, explique Virginie Malnoy, directrice régionale d’Harmonie Mutuelle, région Centre, Île-de-France et Hauts-de-France. Puis nous avons réalisé un sondage pour être plus proche des problématiques des chefs d’entreprise et apporter des réponses concrètes. Car nous sommes une mutuelle, nous pensons de façon collective, et nous sommes là aussi en temps de crise.»

La trésorerie a été le problème principal des dirigeants au début de la crise, notamment pour les TPE/PME. La mutuelle a agi rapidement pour les aider : report de cotisation pour les plus en difficulté (notamment celles de la prévoyance Mutex), un fonds de solidarité pour les plus petites d’entre elles et le financement des arrêts de travail exceptionnellement liés à la pandémie, tels que les arrêts pour la garde des enfants ou les personnes «à risque». Des mesures inédites pour les 800 entreprises et 100 000 adhérents des Hauts-de-France, dont «l’écoute et les conseils sur les dispositifs ont été les premiers accompagnements nécessaires*».

Risque psychologique

Le confinement a provoqué une autre problématique, celle de la santé mentale des salariés et des chefs d’entreprise. Stress, épisode dépressif, angoisse… le risque psychologique est aujourd’hui autant impactant que la crise économique. Pour faire face à celui-ci, le ministère de l’Économie et des Finances s’appuie sur l’action de l’association Apesa (Aide psychologique aux entrepreneurs en souffrance aiguë), mise en place dans les tribunaux de commerce et élargie à tous les dirigeants, avec le soutien des partenaires Harmonie Mutuelle, CCI France et CMA France. Depuis le 27 avril, un numéro vert** gratuit spécial Covid-19 permet aux dirigeants en détresse de bénéficier d’une première écoute et d’un soutien psychologique sept jours sur sept, de 8h à 20h.

«Notre organisation nous permet d’être au plus proche des problématiques des entreprises et des salariés selon les secteurs d’activité»

Dans ce partenariat, Harmonie Mutuelle a financé une partie des séances psychologiques. «Ce dispositif est ouvert à tous les dirigeants. Il faut les accompagner financièrement mais aussi psychologiquement, détaille Virginie Malnoy. Un psychologue est disponible pour écouter et conseiller, et un suivi est possible si cela est nécessaire.» Déjà un millier d’appels ont été enregistrés dans la région ; un dirigeant sur deux a besoin d’une autre séance. «Les appels concernent surtout la responsabilité des dirigeants, continue-t-elle. Ils sont très responsables. Les chefs d’entreprise s’interrogent sur le chômage partiel et s’inquiètent sur une possible faillite, mais aussi sur l’avenir de leurs salariés si cette situation se concrétise.»

Du côté des salariés, le pôle «Harmonie service social» a également enregistré une forte augmentation des appels. La solidarité est donc de mise : «Nous invitons nos entreprises adhérentes à faire connaître le dispositif pour les dirigeants qui en auraient besoin.» Dans le même ordre d’idée, les entreprises qui n’ont pas de difficulté financière «peuvent participer au financement». Au total, le montant de toutes les mesures mises en œuvre par la mutuelle depuis le début de la crise du Covid-19 s’élève à 150 millions d’euros. «’Avançons collectif’ est notre signature», précise Virginie Malnoy.

Virginie Malnoy, directrice régionale d’Harmonie Mutuelle. © Harmonie Mutuelle

Déconfinement

Aujourd’hui, l’heure est à la reprise d’activité. Harmonie Mutuelle propose un «kit de déconfinement» tourné vers les problématiques sanitaires intrinsèques à cette reprise. Ce dernier donne toutes les clés pour assurer le protocole national de déconfinement des entreprises, un kit d’affiches de communication et des conseils peuvent être donnés par des experts. Du gel hydroalcoolique ainsi que des masques sont également en vente. «Nous avons une FAQ sur la plateforme et nous répondons aux interrogations. Nous remarquons que les questions sont très précises et très concrètes», poursuit Virginie Malnoy.

Ces initiatives solidaires sont accompagnées d’un travail de réflexion. «Notre credo est l’ancrage territorial. Notre organisation nous permet d’être au plus proche des problématiques des entreprises et des salariés selon les secteurs d’activité, mais aussi par région», estime la directrice régionale. Ces problématiques, au-delà de la gestion concrète par des aides, sont un socle de réflexion : des webinars ont été et vont être organisés, pour ensuite «créer des groupes de travail» afin de «préparer l’après», explique-t-elle. Nouvelle organisation de l’espace, nouvelles façons de travailler, nouvelle mentalité… Une nouvelle ère s’annonce-t-elle ? «Cette crise interroge le rapport travail/vie personnelle, questionne sur la solidarité, sur la mondialisation. C’est une interrogation philosophique, considère Virginie Malnoy. Elle interroge la prévention aussi. Nous arrivons à une nouvelle ère de nos missions de fait. Il faut se réadapter.»

*Une plateforme Covid-19 est également dédiée aux questions/réponses : covid19.groupe-vyv.fr

** 0805 65 5050.


Quelques chiffres

• Harmonie Mutuelle est le fruit du rapprochement de cinq mutuelles.

• Elle protège près de 4,6 millions de personnes en France.

Quatre agences sont installées dans la région : Amiens, Lille, Dunkerque, Noyelles-Godault.

50 collaborateurs sont rassemblés dans la région.