Conçue par Alinéair

Une innovation nordiste pour désinfecter nos chariots

Si une majorité de TPE-PME subissent la crise du Covid-19 de plein fouet, certaines ont su sortir leur épingle du jeu. C’est le cas d’Alinéair, dont le siège social se situe à Anzin. Ce concepteur d’abris pour chariots a prototypé des tunnels désinfectants qui orneront bientôt les entrées de grandes surfaces.

Se rendre au supermarché est devenu synonyme d’angoisses pour beaucoup de consommateurs depuis la crise sanitaire. Filtrage à l’entrée des magasins, port du masque et désinfection des mains obligatoires… Autant de nouveaux rituels qui pimentent un acte qui nous semblait jusqu’alors anodin : faire des courses. Les plus précautionneux vont jusqu’à enfiler des gants ou utiliser des lingettes désinfectantes avant d’empoigner leur caddie.

Pierre Nicoletti, gérant d’Alinéair, a été sensibilisé au phénomène. Pour cause, son entreprise conçoit et fabrique des abris chariots pour grandes surfaces, depuis une trentaine d’années. «J’ai cherché une solution pour que les individus en contact avec ces chariots aient le moins de risques possibles de contracter le virus», raconte-t-il. En résulte un prototype de tunnel désinfectant à installer à l’entrée des magasins. Ce petit couloir en acier galvanisé émet une brume lorsque le client y pousse sa charrette vide. «Une solution d’hydrogénée est pulvérisée à une hauteur d’1,20 mètre. Elle n’est pas nocive pour la santé de l’homme», assure-t-il.

Une production à Tourcoing

La production de ce nouveau système a démarré mi-mai dans une usine située à Tourcoing. Près de 400 commandes ont déjà été passées. «L’Assurance maladie propose une subvention pour que les TPE-PME ainsi que les travailleurs indépendants puissent se fournir en matériels de protection contre la Covid-19. Cette aide couvre jusqu’à 50% des investissements. C’est un gros coup de pouce pour nos affaires», mentionne Pierre Nicoletti (voir encadré). Des modèles seront aussi reproduis par des partenaires étrangers au Benelux, au Canada ou encore en Russie.

Des recrutements en vue

Cette nouvelle activité met en lumière l’entreprise qui voit déjà sa clientèle s’élargir : «Nous ne fournirons pas seulement des commerces. Nous sommes en contact avec des Ehpad, car le système peut également servir à désinfecter des fauteuils roulants par exemple», ajoute le gérant.
Si bien qu’Alinéair envisage même de gonfler ses effectifs – un fait assez rare pour le souligner, en pleine crise économique. «Notre petite société compte une quinzaine de salariés et nous nous en contentions largement. Mais force est d’avouer qu’il faudra s’adapter et que des recrutements seront nécessaires», témoigne Pierre Nicoletti.

Car il semble évident que le nombre de commandes ne va pas réduire avec le temps : la crise du Covid-19 risque de marquer un tournant au niveau des règles sanitaires à respecter dans les lieux publics, et ce, même à la fin de l’épidémie. «Nous envisageons d’ailleurs d’intégrer des systèmes de désinfection à nos modèles d’abris classiques», indique le gérant.


Ameli propose une subvention «Prévention COVID»

L’Assurance maladie–risques professionnels vient d’annoncer la mise en place d’une subvention nommée «Prévention Covid». Destinée aux entreprises de moins de 50 salariés et aux travailleurs indépendants, elle rembourse jusqu’à 50% d’un investissement dans du matériel utile au suivi des mesures barrières et de distanciation physique (guides files, accroches murales…) , ainsi que des mesures d’hygiène et de nettoyage (douches, lavabos…). Cette aide financière concerne les achats ou locations réalisées du 14 mars au 31 juillet 2020, pour un montant minimum d’investissement de 1 000€ HT pour une entreprise avec salariés ou de 500€ HT pour un travailleur indépendant sans salarié. Le montant de la subvention accordée est plafonné à 5 000€.

Plus d’infos sur : https://www.ameli.fr/hainaut/entreprise/covid-19/une-subvention-pour-aider-les-tpe-et-pme-prevenir-le-covid-19-au-travail