De l’autre côté de la frontière

Un budget de 260 millions pour les travailleurs de la santé et du social La Wallonie a prévu un budget de 260 millions d’euros destiné à la revalorisation des travailleurs du secteur non marchand, plus particulièrement des secteurs de la santé et du social relevant de sa compétence. Étalée sur la période 2021-2024, cette action […]

La Wallonie a prévu un budget de 260 millions d’euros destiné à la revalorisation des travailleurs des secteurs de la santé et du social. © herraez

Un budget de 260 millions pour les travailleurs de la santé et du social

La Wallonie a prévu un budget de 260 millions d’euros destiné à la revalorisation des travailleurs du secteur non marchand, plus particulièrement des secteurs de la santé et du social relevant de sa compétence. Étalée sur la période 2021-2024, cette action a pour objectif de soutenir financièrement et durablement ces personnes qui secourent les autres au péril de leur santé. Ce financement servira également à améliorer les conditions de travail à travers la création d’emplois dans le but d’alléger la charge de travail du personnel. Les modalités de répartition de cette enveloppe seront négociées avec les représentants des salariés et des employeurs. La Fédération des centres de services à domicile (FCSD) salue cet engagement qui permettra de reconnaître l’importance de ces métiers en première ligne.

Korys investit dans le stockage d’électricité

Korys, la société d’investissement des actionnaires de la famille fondatrice de Colruyt, compte investir dans le stockage d’électricité. L’entreprise va entrer au capital de la start-up allemande VoltStorage. Celle-ci est spécialisée dans les batteries domestiques destinées à stocker l’électricité produite par des installations photovoltaïques. Son produit, une batterie domestique similaire au Powerwall de Tesla, permet de récupérer l’énergie produite par les panneaux solaires de particuliers qui n’est pas immédiatement consommée. Elle permet l’autoconsommation des propriétaires de ces installations et de diminuer leur dépendance au réseau.

Proximus conclut un accord avec Sewan

L’enseigne de télécommunications Proximus a noué un partenariat avec l’opérateur français de nouvelle génération Sewan. Actif en France, en Espagne et en Allemagne, celui-ci propose aux entreprises des services voix fixes et mobiles, ainsi que des services dans le cloud. Sewan a fait son entrée sur le marché belge en 2019 via l’acquisition de 3Starsnet, fournisseur alternatif de VoIP en Belgique et partenaire historique de Proximus. Ce nouveau contrat lui permet d’utiliser le réseau de l’opérateur belge en tant que «light MVNO» (Mobile Virtual Network Operator). L’objectif est d’offrir des solutions de communication unifiée d’ici la fin de l’année. Proximus souhaite conclure de nouveaux accords avec différents acteurs dans le cadre de sa stratégie #inspire2022, annoncée en mars dernier.

La Wallonie s’arme contre une éventuelle seconde vague de Coronavirus

Une enveloppe de 13 millions d’euros sera débloquée par le gouvernement wallon afin de faire face à une nouvelle offensive du Coronavirus. Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un «plan rebond», qui compte plusieurs mesures, notamment la création d’équipes mobiles pluridisciplinaires pour permettre une plus grande réactivité d’intervention en cas de développement de foyers infectieux. D’autre part, environ 7 millions d’euros sont dédiés aux maisons de repos afin que chacune puisse disposer d’un médecin coordinateur. La Région a également constitué un stock d’équipements de protection personnelle pouvant couvrir au moins trois mois les besoins. Une somme de 500 000 euros est consacrée au développement de l’application numérique de tracing qui devrait être opérationnelle d’ici fin septembre. Un montant complémentaire de 600 000 euros est prévu pour mener une campagne d’information et assurer l’accès à la vaccination pour les résidents des établissements collectifs pour personnes âgées et handicapées. Un plan de prévention et de vaccination grippe et Covid sera également créé pour l’automne 2020.

Le Comité de monitoring dévoile les prévisions budgétaires post-Covid

Selon le Comité de monitoring, le déficit budgétaire de l’ensemble des autorités publiques s’estime à 52,8 milliards d’euros pour l’année en cours. Ce chiffre représente 12,31% du PIB, soit une détérioration de 43,7 milliards comparativement à l’année précédente. L’organisme indique que ce déficit pourrait nettement s’améliorer en 2021 et 2022, pour s’établir respectivement à 31,4 milliards et 26,5 milliards. L’endettement s’établira, quant à lui, à 122,1% du PIB. Ce taux dépassera 118% en 2021, puis 123,1% en 2024. En ce qui concerne les recettes fiscales, celles-ci baisseront de 12,5% en 2020, soit 15,2 milliards d’euros. Elles remonteront à 8,9 milliards en 2021. Ensuite leur progression sera constante jusqu’en 2024.