Nomination

L’Epinorpa désormais présidé par Jean-Marie Alexandre

Jean-Marie Alexandre, maire de Souchez, vient d’être élu président de l’Epinorpa. Il souhaite faire de cet important bailleur social des Hauts-de-France une structure de dialogue opérationnelle de poids.

ACT'STUDIO
Jean-Marie Alexandre, le maire de Souchez a été élu président de l'Epinorpa.

Jean-Marie Alexandre connaît bien la problématique du logement minier et plus largement du logement social. En effet, ses différentes fonctions électorales l’ont, ces dernières années, amené à réfléchir sur des problématiques d’aménagement, de cohérence et de mixité sociale et de logement. «Je suis fils de mineur, j’ai passé ma jeunesse dans les cités minières d’Avion, d’abord rue d’Hellemmes à Avion, puis à Liévin.»
Dans la commune de Souchez, dont il est maire depuis 1995, Jean-Marie Alexandre est également confronté à la gestion de deux cités minières d’une dizaine de logements. «Nous avons ce coron sur le territoire communal alors qu’il n’y avait pas de puits de mine. À l’époque, il n’avait pas été jugé rentable d’extraire le charbon à Souchez et le projet avait été abandonné», explique-t-il.
Jean-Marie Alexandre est également administrateur bénévole de la société de HLM des Hauts-de-France et au sein de «Mon abri», un bailleur social du département du Nord. «La question du logement me paraît particulièrement importante, et c’est un souci que de répondre aux demandes des jeunes et des personnes plus âgées pour trouver un logement adapté à leurs besoins.»
Alain Wacheux ayant mis un terme à sa carrière politique, en mars dernier, pour raisons de santé, il ne pouvait plus assurer la présidence de l’Epinorpa, d’où l’élection d’un nouveau président.
Le maire de Souchez avait été sollicité par plusieurs membres du conseil d’administration, composé de 31 membres, représentants des agglomérations, des départements du Pas-de-Calais et du Nord, de la Région, mais aussi des syndicats et locataires. Il s’est donc porté candidat à la présidence de l’Epinorpa, «cédant à leur amicale pression». Face à lui, son collègue maire de Grenay, Christian Champiré, avait un temps assuré l’intérim d’Alain Wacheux.
Le 9 juillet, le conseil d’administration, réuni à Noyelles-sous-Lens, a procédé à l’élection du président. 

ACT'STUDIO
A Pecquencourt comme sur l’ensemble du bassin minier les cités minières sont classées au patrimoine mondial de l’Unesco.

Une vision centrale

Élu à main levée, Jean-Marie Alexandre prend donc la succession d’Alain Wacheux, ancien maire de Bruay-la-Buissière et ancien président de l’Agglomération de Béthune-Bruay Artois-Lys romane, qui présidait l’Epinorpa depuis septembre 2012. Ont été désignés Christian Champiré, 1er vice-président, Jean-Michel Szatny, 2e vice-président, Frédéric Nihoux, 3e vice-président et Bernard Burgeat, 4e vice-président.
Cette élection s’inscrit dans la continuité des actions que l’élu local a d’ores et déjà pu mettre en place sur sa commune, dans une vision globale et transversale des différentes problématiques. La cité minière de sa commune l’a, en effet, conduit à mener une réflexion particulière en termes d’aménagement et d’intégration avec le reste de la commune, afin d’assurer un lien entre le centre-bourg et la cité minière.
Lors de sa prise de fonction, Jean-Marie Alexandre a déclaré : «Je n’invente rien, il y a eu des personnes avant moi qui ont lancé des idées, j’aborde donc mes fonctions avec besoin d’humilité.» À l’écoute des locataires, du personnel, Jean-Marie Alexandre souhaite dessiner un projet cohérent qui pourra être travaillé avec les territoires, et renforcer le suivi et la qualité.
L’Epinorpa bénéficiera d’une stratégie d’investissement en cohérence avec les stratégies urbaines des EPCI, et aura un rôle moteur dans la constitution d’une politique d’aménagement coordonnée pour mettre en oeuvre le programme de développement et de rénovation des cités minières de Maisons et Cités. 

ACT'STUDIO
Le patrimoine de Maisons et Cités, dont l’Epinorpa est la maison mère, compte plus de 62 000 logements.

Une structure de dialogue

Jean-Marie Alexandre souhaite «positionner l’Epinorpa comme une structure de dialogue opérationnelle entre les sept Agglomérations du territoire du bassin minier, aux côtés de l’État, de la Région et des deux départements, en vue de constituer une stratégie d’aménagement coordonnée à l’échelle du territoire».
Ce positionnement s’inscrit dans le contexte d’un investissement massif dans la réhabilitation des logements et la rénovation des cités minières, décidé depuis 2017 dans le cadre de l’Engagement pour le renouveau du bassin minier (ERBM).
Pour le nouveau président de l’Epinorpa, seules une mise en cohérence des politiques urbaines et une mise en réseau des villes moyennes qui constituent ce territoire permettront de lever les freins au développement de projets structurants concertés qui conduiront au renouveau tant attendu. Dans cette optique, il propose d’ores et déjà qu’un comité d’experts en géographie, sociologie, économie urbaine, santé, mobilités soit créé et définisse sous six mois un programme de travail et des préconisations. Ce comité d’experts sera amené à traiter de sujets aussi divers que la mobilité, l’activité commerciale, les services de proximité, l’équipement en maison de santé, les formes d’hébergement adaptées au grand âge et au handicap, la revitalisation des cœurs de ville, l’agriculture urbaine et la concertation des habitants.
Enfin, en tant qu’actionnaire de référence de Maisons et Cités, l’Epinorpa doit, selon lui, se donner pour mission de définir, en lien avec CDC habitat, devenu en 2018 actionnaire du bailleur HLM à hauteur de 34%, une stratégie d’intervention en cohérence avec les stratégies urbaines définies par les EPCI du territoire.


À propos de Jean-Marie Alexandre

ACT'STUDIO
Jean-Marie Alexandre a une vision transversale de la problématique du logement social qu’il compte mettre au service de l’Epinorpa et de son opérateur Maisons et Cités.

Né le 25 novembre 1946 à Souchez, Jean-Marie Alexandre est enseignant de profession. Maire de sa commune natale depuis 1995, il a également été président de la communauté d’agglomération de Lens-Liévin entre 1998 et 2001. Il en est d’ailleurs toujours vice-président.
Chevènementiste de la première heure, il a exercé plusieurs missions au sein du cabinet de Jean-Pierre Chevènement entre 1984 et 2000, lorsque celui-ci fut ministre de l’Éducation nationale, ministre de la Défense, puis ministre de l’Intérieur.
Jean-Marie Alexandre a également occupé des fonctions de député européen entre 1987 et 1994, puis de conseiller régional entre 1985 et 2015. Il a notamment été désigné vice-président de 2001 à 2015 sur différentes délégations (lycées et schéma régional de formation, puis agriculture, pêche et développement rural).
Jean-Marie Alexandre occupe également les fonctions bénévoles de président du Crédit social des fonctionnaires, la plus importante association européenne regroupant des fonctionnaires. Il est président du haut-conseil de La vie active, association reconnue d’utilité publique d’aide aux personnes en situation de handicap ou en difficulté et 3e employeur du Pas-de-Calais.