Shiblee Alam, managing director de 8F Asset Management (Pure Salmon)

«Boulogne présente un héritage et une culture profonde des produits de la mer»

Pure Salmon va s’implanter à Boulogne-sur-Mer. Il s’agit là du projet titanesque (175 millions d’euros) d’implantation d’un élevage de saumon sur terre en circuit fermé. Une ferme qui produira 10 000 tonnes de saumon par an, et emploiera 160 personnes. Interview de Shiblee Alam, managing director de 8F Asset Management.

10 000 tonnes de saumon devraient être produites chaque année. © Pure Salmon

 

Le projet pharaonique, qui mobilise un investissement de 175 millions d’euros, devrait commencer son activité d’ici 2024. © Aletheia Press / C.Escaillet

La Gazette : Pourquoi avoir choisi Boulogne-sur-Mer pour implanter le projet Pure Salmon ?

Shiblee Alam : Tout d’abord, nous avons choisi la France pour son excellente réputation en ce qui concerne le domaine alimentaire à travers le monde. Plus précisément, nous avons choisi Boulogne-sur-Mer comme notre hub européen. Boulogne n’est pas seulement le plus grand centre de transformation de fruits de mer de l’Union européenne. La ville présente également un héritage et une culture profonde des produits de la mer, un excellent savoir-faire et un pool de talents sans égal, un écosystème exceptionnel lié à l’industrie, ainsi que d’excellentes infrastructures, y compris les centres de logistique, de transport, et de distribution. En outre, le fort soutien des gouvernements locaux, régionaux et nationaux a aussi été essentiel dans ce choix.

Où en est-on sur le projet Pure Salmon à Boulogne-sur-Mer ? Compte tenu de la crise sanitaire liée au Coronavirus, l’avancement a-t-il pris du retard ?

Du point de vue de la construction, nous arrivons maintenant aux dernières étapes des études techniques, par exemple les études des sols, pour lesquelles nous travaillons avec des bureaux d’études locaux. Nous sommes également en train de finaliser la conception de la ferme aquacole. Pure Salmon France SAS est désormais légalement constituée et établie en tant que société française. Compte tenu du confinement et des autres restrictions liées à la Covid, nous avons, en fait, pu mieux progresser qu’on aurait pu le croire. Nous sommes également heureux d’annoncer que Xavier Govare, ex-président-directeur général du groupe Labeyrie, nous a rejoint en tant que président de Pure Salmon France.

Y a-t-il eu des changements sur ce projet en cours de route, qu’ils soient liés à la Covid ou non ? Les premiers chiffres du projet mentionnaient un investissement de 175 millions d’euros, 10 000 tonnes de produites par an et 160 emplois. Et en janvier, il se murmurait que les chantiers de construction devraient être entamés d’ici le troisième semestre 2020…

Il n’y a pour l’instant pas de changement sensible à signaler, si ce n’est que le nombre d’emplois créés sera probablement légèrement plus élevé qu’initialement annoncé, ce qui devrait réjouir les autorités locales… Il est possible, en revanche, que le début des travaux de construction soit légèrement retardé. La première récolte, elle, est attendue pour début 2024.

Dans quelle mesure avez-vous été soutenu, aidé par les partenaires privés et publics ?

Nous avons reçu un fort soutien de tous les niveaux de gouvernement en France : du maire de Boulogne et président à la communauté d’agglomération de Boulogne, Frédéric Cuvillier, au préfet du Pas-de Calais, Fabien Sudry, en passant par le président de la Région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, le ministère de l’Agriculture, le ministère des Finances et également le bureau du Président Macron. Leur soutien a été fantastique et est très apprécié. À ce titre, nous entretenons des contacts très réguliers avec les autorités locales, y compris avec les administrations compétentes, à travers notamment des réunions organisées et supervisées par la sous-préfecture. À cet égard, Boulogne développement et Nord France Invest sont également des alliés essentiels.

On entend souvent que monter un projet d’envergure en France est chose très compliquée. En tant qu’investisseur étranger, qu’en pensez-vous ?

Non, il n’est pas plus difficile d’investir en France que dans d’autres pays. Comme déjà mentionné ci-dessus, nous bénéficions en fait d’un fort soutien, y compris d’un point de vue administratif.