De l’autre côté de la frontière

DPD crée des centaines d’emplois en Belgique DPD envisage d’augmenter sa capacité de livraison de colis en Belgique d’ici la fin de l’année. Le groupe va investir 60 millions d’euros et créer 500 nouveaux emplois dont 200 au niveau opérationnel et 300 nouveaux chauffeurs. Pendant les six premiers mois de l’année, le nombre de colis […]

Le groupe DPD va investir 60 millions d’euros et créer 500 nouveaux emplois. © ifeelstock

DPD crée des centaines d’emplois en Belgique

DPD envisage d’augmenter sa capacité de livraison de colis en Belgique d’ici la fin de l’année. Le groupe va investir 60 millions d’euros et créer 500 nouveaux emplois dont 200 au niveau opérationnel et 300 nouveaux chauffeurs. Pendant les six premiers mois de l’année, le nombre de colis B2C (« business to consumer ») livrés par l’établissement a enregistré une hausse de plus de 70%. Le segment B2B (« business to business ») a également affiché une légère augmentation. Dans le cadre d’un plan d’extension de capacités, DPD prévoit l’ouverture de trois nouveaux dépôts en Belgique, à Lummen, Sint-Niklaas et Asse-Zellik. Ces derniers ouvriront leurs portes d’ici octobre 2020. Un nouveau hub sera également mis en service à Anvers.

DevSide et Ixor choisis pour concevoir l’application de tracing Covid-19

L’entreprise bruxelloise DevSide a décroché le contrat pour la conception de l’application numérique de traçage de la Covid-19. La société sera appuyée par l’éditeur de logiciels Ixor. Pour développer cette solution 100% belge, les deux PME devront se baser sur l’application allemande «Corona-Warn» créée par le géant informatique d’outre-Rhin SAP. Le dispositif portera le nom de «Coronalert» et sera opérationnel à partir du mois de septembre. Il permettra d’intensifier le traçage du Coronavirus sur l’ensemble du territoire et de vérifier les contacts à risque grâce à un échange de données via Bluetooth.

Mestdagh et Carrefour prolongent leur partenariat

Mestdagh et Carrefour ont annoncé la signature d’un nouveau contrat de master franchise. Celui-ci prolonge et approfondit la collaboration qui lie les deux enseignes depuis une dizaine d’années. Désormais, cette nouvelle liaison permettra à Mestdagh d’exploiter des magasins de plus petites dimensions (moins de 3 000 m²), notamment des Carrefour Express ou Bio. Elle met l’accent sur le développement de nouvelles synergies ainsi qu’une stratégie d’expansion plus concertée. Cet accord prendra effet à compter du 1er janvier 2021 et s’étalera sur une durée de dix ans.

Colruyt renforce la connectivité au sein de ses établissements

Dans tous les supermarchés de Colruyt, les salariés seront équipés d’un smartphone. L’enseigne ambitionne ainsi d’améliorer la connectivité avec le personnel , à renforcer la communication avec les clients et améliorer l’efficacité de ses activités. Le coût de cet investissement s’élève à 17 millions d’euros. Le groupe a acheté 12 000 appareils Samsung Galaxy XCover 4S et en a déjà équipé plusieurs de ses magasins Colruyt Meilleurs Prix. Une option sera également développée afin que les employés puissent s’appeler mutuellement ou appeler leurs clients.

Brussels Airlines sauvée grâce à un plan de stabilisation

Un plan de stabilisation de 460 millions d’euros sur une durée de six ans a été conclu entre le gouvernement fédéral, Lufthansa et Brussels Airlines. L’objectif est de garantir l’avenir du transporteur national belge et sa pérennité. L’accord inclut un montant de 290 millions d’euros de prêt accordé par l’Etat belge ainsi qu’une injection de capital de 170 millions d’euros par la maison mère Lufthansa. Ces liquidités vont aider la compagnie aérienne à surmonter les effets de la crise. Elles lui permettront de couvrir les pertes subies à cause du Coronavirus et de maintenir l’emploi. L’accord a été validé par les conseils d’administration des deux entreprises mais doit encore être avalisé par le Fonds de stabilisation économique allemand et par la Commission européenne.

La Wallonie soutient les associations environnementales

Plus de 200 associations environnementales vont bénéficier d’une aide financière accordée par la Région wallonne. Ce subside fait partie des initiatives de soutien mises en place suite à la pandémie et peut aller jusqu’à 2 500 euros. La subvention est accessible aux structures associatives dont les activités concernent la protection et la sensibilisation à la nature. Elle est également accessible aux écoles et au grand public employant au moins une personne. Ces derniers doivent toutefois justifier une baisse des rentrées en raison de la crise sanitaire et certifier n’avoir reçu aucune autre aide de la Wallonie. Le montant octroyé sera calculé sur la période allant du 15 mars au 31 août 2020, sur les frais de personnel et d’indemnisation de bénévoles, de loyer, pour les événements n’ayant pas pu avoir lieu, et de matériel de protection.