À Saint-Omer, un espace créatif et entrepreneurial en cœur de ville

La Station prend son envol

Au cœur de Saint-Omer, une gare. Dans cette gare, un espace doté de guichets – évidemment –, mais aussi d’un fablab et d’espaces de coworking.

En plein centre-ville de Saint-Omer, la Station est logée dans la gare de Saint-Omer.

Au rez-de-chaussée, des guichets pour acheter ses billets, une sandwicherie/épicerie fine qui dispose aussi d’un espace de services postaux, et un musée interactif. À l’étage, un panel de services aux salariés en télétravail et aux entrepreneurs… Certes, le confinement aura perturbé les événements ces derniers mois. Toutefois, les utilisateurs ont eu du temps pour s’approprier un peu plus la Station, « espace de travail et d’innovation avec une gare dedans », selon la formule consacrée par la brochure du lieu. Ici, l’espace est vaste – ce n’était pas la place qui manquait dans la gare de Saint-Omer –, et une myriade de services s’offrent aux « stationautes » : des fablabs, des salles de réunion, des bureaux, une salle d’informatique et une autre de codesign, ainsi que des places de coworking sont disponibles en plein cœur de Saint-Omer, avec une vue imprenable sur la ville en prime. Pour les plus sportifs, des douches sont même à la disposition de ceux qui auraient envie d’un footing entre midi et 14 heures. La Station se veut la plus accueillante possible.

Dans l’air du temps

Si les mois de mars à mai ont perturbé le lancement du projet, le confinement aura aussi servi de révélateur pour nombre d’actifs. Et pour cause : confinés, les Françaises et les Français n’auront jamais autant expérimenté le télétravail que ces derniers mois. Certains pourraient avoir pris goût au principe, mais rechigneraient cependant à travailler à domicile. Comme le dit si bien Stéphane Deveaux, directeur général de La Station, « la concurrence, c’est la table de la cuisine ». Le lieu démontre d’autant plus son utilité que lorsqu’une entreprise n’a pas besoin d’espaces de coworking, elle a parfois besoin d’un lieu de réunion pour une assemblée générale, par exemple. Voilà qui tombe bien : la Station en compte cinq. « Auchan, Decathlon et Arc France ont utilisé ces lieux. » Une marque de prestige, qui démontre aussi l’avantage d’un lieu tel que celui-ci, qui propose des salles de réunion à cheval entre la Côte d’Opale et la métropole lilloise. La recette est d’ailleurs victime de son succès :les salles de réunion sont quasiment pleines jusqu’en septembre.

Premier bilan

Les circonstances sont particulières. Toutes choses égales par ailleurs, il est possible de dresser un premier bilan du lieu après six mois d’activité. « Nous avons 200 à 250 utilisateurs par mois au fablab, toutes fonctions confondues (visites, ateliers, formations, projets particuliers », résume Stéphane Deveaux. Concernant le coworking, l’espace accueille 25 à 30 utilisateurs « engagés », « qui ont leurs habitudes ici ». Mais le but de l’endroit n’est pas chiffrable, garantit son directeur général. « Notre objectif est bien plus de créer une communauté d’utilisateurs que d’accueillir un certain nombre de personnes bien défini à l’avance. » L’équipe s’est toutefois donné 24 mois pour remplir les bureaux, même s’il s’agit plus d’une intention que d’un but à atteindre à tout prix.

Penser à demain

Les infrastructures sont en grande partie terminées. Il faut désormais inventer le lieu, notamment les services que l’on pourra y trouver. Un incubateur pour accompagner les jeunes entreprises devrait voir le jour avant la fin de l’année. Un incubateur qui devrait inclure un programme d’accompagnement, en partenariat avec la Région et EuraTechnologies. « Nous voulons accompagner l’innovation, explique le directeur général du lieu. Demain, des projets innovants ne demanderont qu’à éclore en notre sein. Et avec le patrimoine industriel et la culture de certains pans entiers de l’industrie présents dans l’Audomarois – le papier, le verre, l’agroalimentaire –, des passerelles pourraient être bâties. » Un avenir brillant pourrait éclairer le Pays de Saint-Omer… et, par conséquent, la Station.

Les «stationautes» disposent d’un espace vaste et chaleureux. CE © Aletheia Press
Cinq salles de réunion, pour certaines classiques, pour d’autres plus atypiques, sont disponibles. CE © Aletheia Press
Les utilisateurs viennent aussi et surtout chercher un réseau. CE © Aletheia Press

La Station en chiffres

  • 20 machines
  • 17 partenaires
  • 10 bureaux
  • 30 espaces de coworking
  • 5 salles de réunion
  • 100 formations et ateliers de découverte en 2020
  • Gratuit pour le moment ; à terme, 5 € par jour et 60 € par mois pour les utilisateurs

Lucile Duval, freelance, utilisatrice de La Station : « Du calme et de la concentration »

Lucile Duval : « J’y trouve du calme, de la concentration. » CE © Aletheia Press

«Je connaissais l’endroit par le bouche à oreille. En ce moment, je viens quotidiennement pour travailler. J’y trouve du calme, de la concentration. Je n’ai pas les lessives à faire (rires). De plus, la connexion est excellente. Étant donné que je fais du web, c’est bien mieux d’être ici. L’infrastructure est jolie, pratique, économique. L’endroit est magnifique. Je travaillais à l’origine dans le préfabriqué (qui se situait devant la gare, le temps des travaux, ndlr). Aujourd’hui, je crée mon activité ; de ce fait, je suis utilisatrice du lieu. A priori, j’aurais besoin d’un endroit pour travailler. De ce fait, je pense que c’est une bonne solution de rester ici. Pour l’heure, c’est gratuit, le temps qu’on s’approprie le lieu. Pour la suite, les tarifs annoncés sont tout à fait dans ma gamme de prix. Je trouve que pour l’infrastructure, les services disponibles et l’espace, c’est un juste prix.»