L’enseigne de prêt-à-porter Camaïeu reprise par la holding FIB

Trois mois après l’annonce par le tribunal de commerce de Lille du redressement judiciaire de Camaïeu, c’est l’offre de la Financière immobilière bordelaise (FIB) qui a été retenue, avec une reprise de 2 649 emplois sur les 3 174 que compte le groupe fondé en 1984. Portée par Michel Ohayon et Wilhelm Hubner (ex-directeur général […]

Trois mois après l’annonce par le tribunal de commerce de Lille du redressement judiciaire de Camaïeu, c’est l’offre de la Financière immobilière bordelaise (FIB) qui a été retenue, avec une reprise de 2 649 emplois sur les 3 174 que compte le groupe fondé en 1984. Portée par Michel Ohayon et Wilhelm Hubner (ex-directeur général du groupe Carrefour et CEO du groupe) représentant la FIB, cette offre était soutenue par la majorité des salariés, dont l’intersyndicale, depuis le début des débats et reprendra 511 magasins sur 634 (contre 446 magasins et 2 520 emplois préservés pour la seconde offre portée par l’actuel PDG de Camaïeu, Joannes Soënen, et trois fonds déjà actionnaires). Le 17 août, les magistrats ont tout de même regretté «amèrement la faiblesse des prix de reprise (…). Néanmoins, l’intérêt de l’entreprise reste sa pérennité, qui apparaît meilleure dans le projet FIB». Ce sont donc 460 salariés qui devraient quitter l’entreprise, soit dans le cadre de départs volontaires, soit dans celui du licenciement pour motif économique dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi d’un budget de 5 millions d’euros. La holding patrimoniale d’investissement FIB, spécialisée dans l’immobilier commercial depuis 1989, s’est déjà illustrée par l’acquisition de 22 grands magasins Galeries Lafayette et du groupe Ludendo (La Grande Récré).