De l’autre côté de la Manche

La Banque d’Angleterre maintient son taux directeur Afin de faire face à la crise économique engendrée par le coronavirus, la Banque d’Angleterre, dont le siège social est basé à Londres, a maintenu son taux d’intérêt directeur, fixé à 0,1% en mars dernier. Les membres du MPC (le comité de politique monétaire) ont voté à l’unanimité […]

© mbfoley

La Banque d’Angleterre maintient son taux directeur

Afin de faire face à la crise économique engendrée par le coronavirus, la Banque d’Angleterre, dont le siège social est basé à Londres, a maintenu son taux d’intérêt directeur, fixé à 0,1% en mars dernier. Les membres du MPC (le comité de politique monétaire) ont voté à l’unanimité cette décision. Par ailleurs, l’établissement bancaire conserve également son programme de rachat d’actifs massifs. La livre sterling a enregistré, pour sa part, une baisse de 0,6% par rapport au dollar juste après l’annonce de cette décision. La Banque d’Angleterre compte également adopter un taux négatif au cas où la situation économique se dégraderait davantage.

Whitbread prévoit de supprimer 6 000 emplois

Whitbread Plc, le plus grand opérateur d’hôtels et de restaurants au Royaume-Uni, vient d’annoncer dans un communiqué de presse son intention de supprimer 6 000 emplois, soit 18% de ces effectifs. Lourdement impacté par la crise sanitaire du Coronavirus, Whitbread compte ouvrir une période de consultations visant à privilégier les départs volontaires. Une grande partie de ces suppressions d’emplois, soit 4 500 postes, concerne « Premier Inn », sa chaîne hôtelière à petit budget. Par ailleurs, 1 500 emplois sont menacés au niveau de ses chaînes de restaurants Beefeater et Brewers Fayre. À l’instar de Whitbread, plusieurs structures basées au Royaume-Uni ont également opté pour une réduction de leurs effectifs afin de faire face aux conséquences économiques de la pandémie.

L’entreprise belge I-care crée une filiale au Royaume-Uni

I-care, l’entreprise belge spécialisée dans le domaine de l’intelligence artificielle pour l’industrie, vient d’annoncer la création d’une filiale au Royaume-Uni. Cette nouvelle implantation permettra à la société basée à Mons d’accélérer sa croissance au niveau mondial et de renforcer sa présence sur le marché britannique. Baptisée I-care Reliability UK, la nouvelle structure aura son siège social à Londres tandis que son bureau opérationnel sera basé à Manchester. Pour faire face à la crise sanitaire, l’entreprise a opté pour l’accélération de sa transition digitale, mais aussi la commercialisation du thermomètre 4.0. Rappelons que I-care dépassera de 25% ses objectifs de croissance annuelle au cours de l’exercice 2020.

Hitachi abandonne son projet de centrale nucléaire au Royaume-Uni

Hitachi vient d’indiquer qu’il renonce définitivement à son projet de centrale nucléaire au pays de Galles. Baptisé « Horizon Project », celui-ci a été suspendu en janvier 2019 en raison des coûts jugés trop importants. Le géant industriel japonais a expliqué, dans un communiqué de presse, que sa décision résulte d’un « environnement d’investissement de plus en plus difficile » dû à la crise de la Covid-19. Le coût du projet de construction de deux réacteurs nucléaires à Anglesey était estimé à 20 milliards de livres sterling. Cette centrale devait assurer 6% des besoins actuels du Royaume-Uni en termes d’électricité.

Thomas Cook reprend ses activités en ligne

Un an après son dépôt de bilan, Thomas Cook vient de reprendre ses activités. En effet, l’entreprise œuvrant dans le secteur touristique a été rachetée par le groupe chinois Fosun pour un montant qui s’élève à 11 millions de livres sterling. La nouvelle structure, qui regroupe uniquement 50 employés, commercialisera désormais des voyages organisés en ligne ou même par téléphone. Le voyagiste a gardé le même logo jaune en forme de cœur. Alan French, l’ex-directeur stratégique et technologique de la société, a été nommé directeur général au niveau du Royaume-Uni.

Gsk et Sanofi signent des accords avec le gouvernement du Canada

GlaxoSmithKline, la multinationale britannique spécialisée dans l’industrie pharmaceutique, et l’entreprise française Sanofi viennent de signer des accords avec le gouvernement du Canada visant à lui fournir environ 72 millions doses de leur candidat-vaccin à partir de 2021. Les deux structures ont déjà lancé les essais cliniques de phase I/II, dont les résultats seront disponibles au début du mois de décembre prochain. Elles comptent démarrer leurs essais de phase III avant la fin de cette année.