Lener Cordier lance "La Fabrique du Masque"

Et si le masque devenait un accessoire de mode ?

Société familiale de prêt-à-porter installée à Hazebrouck, la Maison Lener Cordier s’est pleinement mobilisée contre la propagation de la Covid-19 en fabriquant des masques et des blouses pour les particuliers et les professionnels de la santé. Retour avec Frédéric Lener, PDG et représentant de la troisième génération familiale, sur un vaste mouvement de solidarité qui pourrait faire entrer le masque dans les accessoires incontournables de la mode.

Lener 1
Fondée en 1954, la Maison Lener Cordier est une entreprise historique sur le territoire régional dans la confection de manteaux.

Fondée en 1954, la Maison Lener Cordier est une entreprise historique sur le territoire régional dans la confection de manteaux. Elle a su résister au temps, notamment au déclin de l’industrie textile régionale, en intégrant l’ensemble des métiers, des stylistes aux couturières en atelier, et en pérennisant un savoir-faire qui se transmet de génération en génération. Avec une seule ligne de conduite : la qualité.

Lener 3
En deux mois, l’atelier de la Maison Lener Cordier a fabriqué 300 000 masques jetables ! © Lener Cordier

300 000 masques jetables…

A l’instar de nombreux acteurs de l’industrie textile, l’entreprise a été touchée de plein fouet par les mesures de confinement. «Nos clients ferment, la production s’arrête… La situation était très anxiogène !» L’enseigne est toutefois rapidement sollicitée au niveau local pour produire des masques. Les premiers exemplaires d’un masque en polypropylène, certifié par la DGA, sont livrés aux pompiers d’Hazebrouck en quelques jours. Puis les commandes affluent des quatre coins de France, d’Outre-mer notamment, pour une production totale de 300 000 exemplaires. «Nous les vendions à prix coûtant, 2 euros, un tarif qui nous permettait simplement de couvrir nos frais.»

En parallèle, la Maison Lener Cordier se lance dans la production de masques en tissu et est appelée par les établissements de santé, dont l’hôpital d’Hazebrouck, pour apporter sa contribution face à la pénurie de blouses jetables. Elle produira jusqu’à 4 000 kits par jour, vendus au prix symbolique d’un euro et assemblés par une trentaine de couturières bénévoles.

Lener 4
Face à la pénurie de blouses jetables, la Maison Lener Cordier produira jusqu’à 4 000 kits par jour, vendus au prix symbolique d’un euro et assemblés par une trentaine de couturières bénévoles © Lener Cordier

… et une gamme de masques premium

Frédéric Lener poursuit : «La démarche n’avait pas vocation à renforcer le bénéfice financier de l’entreprise, mais elle avait du sens. Nous n’avions jamais autant travaillé que pendant ces deux mois, dans un état d’esprit toujours positif.» Pour autant, et bien que ce ne soit pas l’objectif premier, un nouveau marché se profile. «Nous avons créé autour de nos trois marques propres (la Maison Lener Cordier fabrique également en marque blanche) des masques en tissu plus fun, plus sexy et personnalisables, qui pourraient devenir un objet de mode.» Avec à la clé le lancement de « La Fabrique du Masque », une gamme premium. «Nous menons également une réflexion avec nos partenaires pour nous positionner sur le marché du sanitaire, avec par exemple des masques et des blouses lavables, sans avoir la prétention de prendre la place des acteurs importants de ce marché.» En attendant, et bien que la visibilité à long terme reste floue, l’activité traditionnelle de la Maison Lener Cordier retrouve des couleurs.

Lener 5
En deux mois, l’atelier de la Maison Lener Cordier a fabriqué 300 000 masques jetables ! © Lener Cordier