Gaspillage alimentaire

Match agit sur le terrain

Les supermarchés Match mène une démarche RSE sur plusieurs fronts, notamment de nombreuses actions en magasin afin de limiter le gaspillage alimentaire. 

Les supermarchés Match luttent contre le gaspillage alimentaire. © Laurent Ghesquiere

Avec 30% de la production alimentaire en France qui finit à la poubelle, la grande distribution se mobilise de plus en plus. Mais ce n’est pas forcément les plus grandes enseignes qui sont les plus dynamiques. Avec 114 magasins situés dans le quart Nord-Est du pays et 5 200 collaborateurs, pour un chiffre d’affaires annuel de 1 milliard d’euros, les supermarchés Match font figure de Petit Poucet. Mais ils sont pourtant dynamiques sur tous les volets de la démarche RSE et notamment l’impact environnemental. «Le plus visible est le gaspillage alimentaire», explique Amandine Bouin, responsable RSE de l’entreprise. «Déjà, nous formons nos collaborateurs aux commandes.» Acheter mieux pour jeter moins, telle est la devise de l’enseigne. En magasins, les produits sont également suivis de très près. «Nous mettons en place des sticks promotionnels quand ils sont à date», détaille Amandine Bouin. «Nous proposons aussi des paniers fraîcheurs dans le cadre d’une action Too good to go. Et enfin, nous faisons des dons à des associations locales…».

Economie d’énergie

Les supermarchés Match se veulent aussi acteurs d’une vaste chaîne de responsabilités. «Industriels et distributeurs se rassemblent», confirme Amandine Bouin. «Aujourd’hui, il existe un pacte sur les dates de consommation». Depuis 2015, les DDM (date de durabilité minimale) ont remplacé les DLUO (date limite d’utilisation optimale). Dans chaque magasin, les responsables sont également attentifs à la collecte des déchets et notamment au travers de la mise en place de bacs pour les bio-déchets. Des actions pour réduire les dépenses d’énergie sont aussi menées. «On ferme nos meubles froids et on a mis en place des ampoules LED», détaille encore Amandine Bouin. «Entre 2018 et 2019, on a diminué notre consommation d’électricité de 5%.»

Des camions au biogaz

L’entreprise est aussi engagée dans un programme appelé Fret21. «Nos camions ont été modifiés. Aujourd’hui, on peut transporter deux palettes l’une sur l’autre. On a donc réduit nos transports à vide.» Le carburant n’échappe pas à la règle. «On développe le biogaz», note la responsable RSE. «On a douze camions qui roulent grâce aux déchets des particuliers de la Métropole lilloise…».

Douze camions des supermarchés Match roulent aujourd’hui au biogaz. © Match

Les supermarchés Match se sont aussi lancés dans la collecte de fonds. Depuis 20 ans, l’entreprise est partenaire de trois associations, ELA (l’Association contre les leucodystrophies), l’IRCAD (l’Institut de Recherche contre les Cancers de l’Appareil Digestif) et le Téléthon. Les salariés peuvent aussi faire des dons à partir de leurs salaires. En 2019, entre les dons, les collectes en magasins et l’opération Octobre rose, les supermarchés Match ont reversé 220 000 euros.

Enfin, Match mène une politique de référencement de partenariats locaux. Plus de 5 000 producteurs régionaux proposent déjà leurs produits dans les magasins de l’enseigne et peuvent même les présenter directement aux consommateurs au travers d’un «Fraistival». Enfin, Match réfléchit à la gestion de ses emballages. «A terme, nous voulons proposer des fruits et légumes bio accessible sans emballages» conclut la responsable RSE.