Commune de Wingles

Une première mandature post confinement

Sébastien Messent a été élu maire de Wingles le 3 juillet 2020. C’est une première mandature pour l’homme qui a été plongé dans une ambiance post confinement, propice à la réactivité. Lors de son investiture, l’homme a mis l’accent sur son investissement «au service de tous les Winglois». Premier bilan, trois mois après son élection.

Sébastien Messent se retrousse les manches au premier jour de son investiture. © Mairie de Wingles

«L’une des lignes directrices de mon mandat est la démocratie participative» annonce d’emblée Sébastien Messent. «Je la souhaite intense et active. Il nous faut mettre l’avis des contribuables au coeur des projets». Lors des premiers jours de son mandat, le maire de Wingles a hérité des dossiers de l’ancienne majorité, stoppés pour la plupart par la période de confinement. Il a fallu reprendre un à un chaque sujet pour les mener à terme. «Juillet fut haut en couleurs, sourit le maire, avec des journées de 17 heures. Tout s’est bien réglé. Nous avons néanmoins un chantier important à gérer avec l’arrivée d’une ZAC en 2032 avec 600 logements.»

Dans ce projet signé en 2005, le maire regrette que rien n’ait été pensé en terme d’infrastructures. «2 000 personnes viendront s’installer, dont 600 à 1 000 enfants et à ce jour nous sommes dans l’incapacité d’accueillir ces futurs habitants. L’école actuelle est surpeuplée, la cantine aussi. Nous allons donc réfléchir à l’accueil de cette population et faire la chasse aux subventions pour les besoins les plus urgents.» Un autre chantier concerne la destruction d’un Institut médico-éducatif laissant place à une friche pour la nouvelle équipe municipale. «Ce sera sans doute l’un des plus gros investissements du mandat, chiffré à environ 1,5 million d’euros, assure le maire. Nous allons faire la chasse aux besoins de la population et faire plusieurs propositions. Un pôle emploi, un pôle jeunesse… Nous verrons.»

Deux projets à cœur

La commune de Wingles de 8 500 habitants, nichée au cœur de l’agglomération Lens-Liévin (CALL), est considérée comme une ville pauvre. Elle bénéficie de fait d’une Dotation de Solidarité Urbaine (DSU) conséquente qui lui permet d’envisager des projets structurants. La rénovation de quartier est un des premiers projets portés intégralement par la nouvelle municipalité. Elle fera l’objet d’une concertation de la population pour recueillir ses souhaits en terme d’embellissement, de sécurité ou de nouveau mobilier urbain. Le deuxième projet concerne le handicap. Une adjointe en charge des personnes en situation de handicap a été nommée, avec la volonté de construire des projets pour les familles ou les aidants. «Nous souhaitons pouvoir accueillir, organiser des espaces de paroles, d’entraide, à l’image des éducatrices maternelles qui font part régulièrement de leurs expériences respectives» insiste Sébastien Messent.

Le maire de Wingles a été nommé au sein de la CALL, conseiller délégué en charge du zéro déchet et des dépôts sauvages. «Je me trouve au cœur de l’exécutif et je découvre les potentialités d’un travail transversal entre les communes et la collectivité que je ne soupçonnais pas. C’est très enrichissant», conclut le maire.