La filiale française emploie 55 salariés

Cantillana : près de 40 années de construction en région

Société familiale fondée au XIXe siècle, Cantillana s’est fait une place sur le marché du bâtiment, notamment auprès des maçons des Hauts-de-France, par ses mortiers secs en silo. «Notre philosophie est d’apporter à nos clients des solutions différentes de nos concurrents», assure Antoine Demortier, directeur commercial gros oeuvre.

Il n’est pas rare depuis de croiser, le long des routes de la région, les silo blanc et bleu qui composent l’ADN de Cantillana.

L’histoire de Cantillana, c’est l’histoire d’une famille originaire de Bretagne qui s’installe il y a environ 130 ans à Bruxelles, et devient importatrice du plâtre de Paris. Sa reprise en 1982 par le groupe belge Stadsbader marque une nouvelle étape dans son développement en région. «Cette année-là, un partenariat a été noué avec la société Boyenval Van Peer afin que Cantillana distribue ses mortiers secs en silo auprès des maçons du Nord – Pas-de-Calais. C’est pour l’époque une véritable innovation car les mortiers en silo permettent à ces derniers de travailler avec un mortier de qualité constante sans avoir à manutentionner les sables et sacs de ciment, ni à les malaxer à l’aide de la bétonnière.» Il n’est pas rare, depuis, de croiser, le long des routes de la région, les silos blanc et bleu qui composent l’ADN de Cantillana.

Connue pour ses mortiers secs en silo, la filiale française de Cantillana emploie 55 salariés pour un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros.

Préserver l’ancrage local

A l’orée des années 1990, Cantillana installe sa filiale française au port fluvial de Lille, puis sur celui de Santes, afin de développer la commercialisation des mortiers en silo, mais aussi des bétons, colles à carrelage et enduits muraux en sacs, suite à la reprise de la société Mauer par le groupe Stadsbader. L’accueil auprès des entreprises du bâtiment du Nord – Pas-de-Calais s’avère positif et la croissance se poursuit. Aujourd’hui, Cantillana France est basée à Courtrai, au siège du groupe («nos salariés sont français et nous payons nos impôts en France», tient à préciser à cet égard Antoine Demortier), d’où est livré l’ensemble des Hauts-de-France.

Toujours présidée par la famille Stadsbader, Cantillana poursuit son développement national et international avec désormais quatre usines dans l’Hexagone et quatre autres situées en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne. Désormais, ce sont les artisans, les entreprises générales et les entreprises de génie civil qui utilisent les produits Cantillana, depuis les chantiers du Grand Paris jusqu’aux façades maçonnées de bâtiments en Serbie. Les particuliers peuvent également retrouver une partie de la gamme dans les enseignes de bricolage. «Nous sommes connus pour nos mortiers secs en silo, mais nous commercialisons également des mortiers en sac et en big bag, des mortiers colorés et des granulats en sac. Notre philosophie est d’apporter à nos clients des solutions différentes de nos concurrents.» Et Antoine Demortier d’ajouter : «Cette croissance soutenue ne signifie pas pour autant l’oubli de l’ancrage local et de la dimension familiale. Ces valeurs sont toujours cultivées au sein de Cantillana comme du groupe Stadsbader.» A ce jour, Cantillana France emploie 55 salariés pour un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros.