De l’autre côté de la frontière

ExxonMobil Belgique taille dans ses effectifs D’ici la fin de l’année prochaine, ExxonMobil envisage de supprimer environ 320 postes en Belgique. La compagnie pétrolière américaine emploie près de 2 400 salariés sur le sol belge. Cette réduction d’effectifs concerne principalement les sites de production situés en province d’Anvers (dans le port, à Zwijndrecht et à […]

La compagnie pétrolière américaine Exxonmobil Esso a indiqué son intention de supprimer 1 600 emplois en Europe à horizon 2022. © Andre

ExxonMobil Belgique taille dans ses effectifs

D’ici la fin de l’année prochaine, ExxonMobil envisage de supprimer environ 320 postes en Belgique. La compagnie pétrolière américaine emploie près de 2 400 salariés sur le sol belge. Cette réduction d’effectifs concerne principalement les sites de production situés en province d’Anvers (dans le port, à Zwijndrecht et à Meerhout) ainsi que le siège social basé à Machelen. Selon la direction, cette mesure fait suite aux conséquences de la crise économique qui a durement impacté tout le secteur pétrochimique. La société a indiqué son intention de supprimer 1 600 emplois en Europe à l’horizon 2022.

Lunch Garden annonce un plan de restructuration

Lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, Lunch Garden a annoncé sa volonté de procéder à un vaste plan de restructuration à partir de janvier 2021. Ce dernier inclut un ensemble de mesures visant à réduire les coûts de l’entreprise, notamment la fermeture de certains restaurants non rentables et la suppression de 138 postes au maximum. Fragilisée par la crise du coronavirus, la chaîne de restaurants a indiqué que cette démarche lui permettra de surmonter ses difficultés afin de préserver sa position parmi les acteurs essentiels de son secteur. L’enseigne prévoit également de diversifier ses menus en vue d’attirer une nouvelle clientèle. Une procédure d’information et de consultation avec les partenaires sociaux a été mise en place.

Akka Technologies poursuit son expansion

Lourdement affectée par l’épidémie de la Covid-19 au premier semestre 2020, Akka Technologies va renforcer son bilan à travers une augmentation de capital réservée d’un montant de 200 millions d’euros. Ce tour de financement sera souscrit à hauteur de 150 M€ par la Compagnie nationale à portefeuille SA et à hauteur de 50 M€ par le groupe familial Ricci. Il a pour objectif de consolider la structure financière de l’entreprise afin qu’elle puisse poursuivre sa transformation et accélérer son développement. Il permettra également à la direction de se concentrer sur sa trajectoire de sortie de crise et son objectif de restaurer la profitabilité opérationnelle du groupe pour l’année 2020. Créée en 1984, Akka Technologies est considérée comme un leader européen du conseil en ingénierie et services R&D dans les secteurs de la mobilité.

Facebook soutient les entreprises bruxelloises

Le géant américain Facebook a mis en place un programme de subventions dédiées aux PME bruxelloises afin de les aider à gérer leurs problèmes de liquidité et rebondir. Une enveloppe de 300 000 euros sera allouée à 83 petites entreprises implantées à Bruxelles et impactées par des difficultés financières dues à la pandémie. Celles-ci doivent employer entre 2 et 50 travailleurs, et être en activité depuis au moins une année. Pour chaque subvention octroyée, une partie sera accordée sous forme de financement direct tandis que le reste du montant consistera en des crédits publicitaires pour aider les structures à élargir leur portefeuille clients. La sélection des établissements bénéficiaires ainsi que la distribution des subsides seront assurées par le cabinet Deloitte.

La filiale belge de Camaïeu déclarée en faillite

Camaïeu Belgique est officiellement déclarée en faillite. En effet, aucun repreneur ne s’est manifesté pour reprendre les 25 magasins belges du groupe d’habillement. Ces derniers ont déjà baissé le rideau, mais ils rouvriront ultérieurement afin de liquider les stocks. Fondée en 1984, la chaîne de prêt-à-porter était placée en redressement judiciaire depuis fin mai. Cette opération va engendrer la perte de quelque 120 emplois. Les salariés recevront une indemnité de départ plafonnée à 25 000 euros bruts. Celle-ci sera versée par le fonds de fermeture des entreprises.

Le gouvernement bruxellois approuve les prêts Proxi

A Bruxelles, les particuliers peuvent désormais prêter de l’argent aux entreprises de la région. « Prêt Proxi » vise à soutenir l’économie régionale et permettre aux entrepreneurs bruxellois de relancer leur activité. Le prêt s’étale sur une période de cinq ou huit ans, et pourra être remboursé en une fois, mensuellement, trimestriellement, semestriellement ou annuellement. Le taux d’intérêt varie entre 0,875 et 1,75%. Le créancier pourra bénéficier en retour de certains avantages fiscaux sous forme d’un crédit d’impôt. Le montant total est, pour sa part, fixé à 300 000 euros. Ces opérations sont gérées par le Fonds bruxellois de garantie.