Trois investisseurs douaisiens lancent un concept original

Deletrez Traiteur Evènementielmise sur la pédagogie culinaire

Publié dans l'édition Nord N. 8364 par

Trois associés replacent une bâtisse dans un
circuit économique via des salons de réception
sur la zone de l’Ermitage à Douai. Jusque là rien
d’extraordinaire. Ce qui est moins courant, c’est
que cette belle demeure devient presqu’aussitôt
un lieu pédagogique. Des cours de cuisine et
des notions de diététique y sont dispensés
par Christian Deletrez, un professionnel
expérimenté. Une niche inattendue qui devient
de plus en plus prenante.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Une activité peut en engendrer une autre, il faut savoir saisir sa chance et exploiter le hasard. C’est l’un des conseils donnés au créateur de société dont il faut se souvenir quand une occasion se présente. Trois associés, Marie-Hélène Legrand, Christian Deletrez et Elisabeth Cockenpot rachètent à la CA du Douaisis, au fin fond de la ZA de l’Ermitage à Douai, l’ancienne maison de la direction du groupe Béghin. Un investissement de 450 000 € qui inclut une lourde réhabilitation- rénovation car il faut mettre ces vastes pièces de 220 m2 aux normes de salons de réception, équiper un bloc culinaire ultra moderne, créer un coin enfants et raviver un très beau parc avec parkings de 7 000 m2. Cette SARL qui entend profiter des nombreux passages sur la ZA de l’Ermitage, de la présence de PME et de grandes entreprises (la ZA d’Osartis est à 200 m) et d’une accessibilité intéressante puisque située sur l’axe routier Douai-Arras, crée 5 pôles d’activité. Les évènements familiaux, les séminaires, les cours de cuisine, le particulier et l’entreprise et les repas et spectacles.

Depuis l’ouverture au printemps dernier, DTE a organisé deux salons du Mariage puis, via des réseaux d’affaires et le site Internet, des séminaires “coaching gourmand” c’est-àdire des cours de cuisine à des entreprises mais aussi vers les jeunes et leurs parents, vers des scolaires éventuellement dans leurs établissements, et enfin des “cottage-parties” avec inscriptions préalables. Jusqu’à présent si le particulier répond bien, l’entreprise tarde. Aussi un budget de communication conséquent, 30 000€ et une newsletter, ont été débloqués. La première phase, celle de l’installation cède le pas à la seconde de deux ans qui vise d’abord à ne plus pratiquer l’activité en saison, mais à plein temps.

Une niche naissante. Pour l’instant, ce sont ces cours de cuisine qui peuvent fournir à la société l’occasion de se développer. Christian Deletrez est diplômé de l’Ecole Supérieure d’Hôtellerie, il a collaboré aux “Cuisines du Monde”, il est aussi, plus rare, pionnier de la cuisine moléculaire en France. Dans l’étude de marché préalable, la situation géographique de Douai est un atout : “On se démarque de Lille, explique-til, on a beaucoup de foncier et notre concept est assez novateur, on dispose de réseaux de partenaires et enfin, on a un solide éventail de fournisseurs. C’est le temps et la sortie de crise qui ramèneront les entreprises à l’évènementiel et là, on pourra s’exprimer. Mais il est clair que le succès de nos cours de cuisine, nous oblige à faire de cette niche une activité à part.”

“La demande est à la fois importante et diverse et c’est une bonne surprise !” explique Christian Deletrez, “Il y a un effet boule de neige. Nous intervenons dans certains établissements scolaires, on en parle chez soi et les parents sont intéressés. Nous tenons, surtout lorsque ça se passe chez nous sur la ZA de l’Ermitage, à ce que les parents soient là pour une foule de raisons. Mais les parents ont droit eux, en supplément, à des cours d’oenologie et aux tests. C’est un phénomène de société auquel nous collaborons, c’est donc une activité qui ne demande qu’à croître d’autant que nous disposons des locaux et de la technologie. C’est aussi une animation originale et particulièrement agréable pour l’entrepreneur qui veut faire plaisir à des clients ou à son personnel et à sa famille bien sûr. Et ce peut être une valeur ajoutée plaisante aux séminaires que nous voulons développer.”