desserte fluviale

Le cheval de trait rappeléau travail en Nord-Pas-de-Calais

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8391 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La communauté de communes Desvres-Samer et le parc naturel régional des caps et marais d’Opale, avec le soutien financier de la Région Nord-Pas-de-Calais, ont organisé un colloque au Château du Désert à Desvres, le 22 octobre, sur “le cheval de trait en Nord-Pas-de- Calais”. Ateliers en salle et démonstrations sur le terrain se sont succédé, de façon à montrer combien, mais aussi quand et comment, le cheval est utile. Débardage, travaux agricoles ou dans les vignes, entretien des espaces verts et des plages, ou utilisation touristique voire folklorique : le développement des expériences pour réhabiliter le cheval de trait font de cet animal une passerelle entre le monde citadin et le monde rural, entre tradition et modernité. Pour Luc Delas, président d’Equiterra, “il est devenu un outil polyvalent de développement durable des territoires”. Pour Olivier Delbecq, président de Rivages propres, “il est aussi un médiateur social, support à l’insertion par le travail des personnes en situation de handicap ou en difficulté sociale”.

L’énergie cheval : une ressource inépuisable. Sous l’impulsion du Grenelle de l’environnement et devant une pression de plus en plus importante des coûts de l’énergie, de nombreuses collectivités territoriales ont souhaité mettre en oeuvre des solutions alternatives, économiquement durables et plus respectueuses de l’environnement. L’entreprise Hippo-écolo services s’est créée en mai 2009 pour répondre à leur demande et leur proposer des prestations de services faisant appel à la traction hippomobile. HES a déjà remporté un partenariat avec de grands groupes industriels des marchés de collecte sélective et de collecte des déchets verts. Aujourd’hui, ce sont plus de 45 000 habitants qui bénéficient d’une telle collecte chaque semaine. La dirigeante, le docteur Sandra Coillot, vétérinaire équin, assure la veille constante de l’état de santé des chevaux de travail, en déterminant la charge de travail acceptable. “Cette solution professionnelle permet d’améliorer de 60% le bilan carbone sur la partie collecte pure.

Le cheval à la place du camion. Veolia propreté expérimente également une nouvelle approche de la collecte des déchets dans la ville : en créant une nouvelle organisation du service dans laquelle, au plus près des habitants, le camion est remplacé par le cheval, et en inventant un nouveau matériel de collecte high-tech. Ainsi, à Hazebrouck (22 000 habitants), cette expérience, menée avec trois chevaux, a permis la création de trois emplois et demi (6 400 heures de travail), l’économie de 13 000 litres de gasoil (soit 35 000 keqCO2/an). Le matériel créé par Veolia propreté et ses partenaires est issu des industries de pointe telles que l’aéronautique. L’attelage hippomobile présenté dispose d’un ingénieux système permettant de charger un bac amovible de 14 m3 sur le châssis.

Une fois rempli, explique le technicien, les bacs sont déposés sur des espaces urbains, appelés points de rupture, qui sont localisés tout au long de la même collecte hippomobile, ce qui permet à la benne à ordures ménagères d’effectuer sa tournée sans perturber la circulation et la population.”

Un outil pour le tourisme. Si la société Astra cheval services, créée à Wizernes (près de Saint-Omer) en avril 2010, collecte régulièrement des déchets valorisables (notamment au Touquet et à Hardelot), cette filiale de services de la société Astradec est surtout spécialiste du transport de personnes. ACS dispose d’une pauline de 25 places, de deux de 20 places, d’une de 15 places et d’une calèche victoria de 4 places, sans compter la voiture de collecte des déchets (10 m3) et les remorques. En 2011, elle a contribué au déplacement des participants à de nombreuses manifestations régionales : les Rencontres internationales de cerfsvolants à Berck-sur-Mer, le Grand Prix hippique d’Hardelot, la Fête du légume à Saint-Omer, les Journées du patrimoine à Saint-Omer et à Bruay-la-Buissière. “Astra cheval services, expliquent ses promoteurs, a été créée pour assurer la sauvegarde des deux races locales, le boulonnais et le trait du Nord. Notre volonté est aussi de procurer aux éleveurs locaux une activité annexe qui leur permette de vivre mieux de leur passion.” Base arrière des Jeux olympiques 2012. Le cheval est aussi le partenaire indispensable de sportifs de haut niveau. Le Conseil du cheval Nord-Pas-de-Calais est à la base du projet de mise en place des trois sites dédiés à l’équitation (Neufchâtel-Hardelot, Le Touquet et Marcqen- Baroeul) et destinés à accueillir les délégations étrangères en vue des JO de Londres. Déjà, en avril 2011, les 15 meilleurs cavaliers mondiaux ont rivalisé lors du CSI 3-étoiles d’Hardelot.