Les Compagnons des Saisons font fleurir le marché du jardinage

Publié dans l'édition Nord N. 8548 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

En 1988, la famille Capon créait une graineterie à Hellemmes, avec sept employés. En 2001, elle devient une jardinerie baptistée «A la Ferme» et s’agrandit de 4 000 m2. En 2000, Hubert Capon, le fils, s’associe avec Jean-Pierre Richard. En 2003, ils ouvrent un deuxième établissement à Wambrechies. En 2006, ils créent une centrale d’achat : Les Compagnons des Saisons. Seize autres jardineries indépendantes réparties dans toute la France y adhérent.
En 2013, Les Compagnons des Saisons emploient 98 personnes et le magasin de Wambrechies en est le vaisseau amiral qui a reçu le 2e prix de la plus belle jardinerie d’Europe en 2011. Et pour cause : sur un terrain de 7 hectares avec des serres de réserve et des terres de plantation, il présente des caractéristiques inédites en France, d’après Hubert Capon, codirigeant. Il y a d’abord le jardin paysagé ouvert au public qui reçoit 100 000 visiteurs par an : un atout certain pour le magasin juste à côté puisqu’il permet de mettre en valeur le savoir-faire des jardiniers maison. Ils y donnent d’ailleurs des cours de jardinage en direct. Il y a ensuite le restaurant à l’intérieur du magasin : une centaine de couverts sont assurés par jour, et plus encore par beau temps grâce à la terrasse. La zone industrielle juste à côté est un vivier de clients.

 Réactivité et créativité

La différenciation du savoir-faire des Compagnons des Saisons est aussi présente dans les magasins. Elle passe par une créativité renouvelée au rythme de six saisons commerciales par an. «Nous changeons tout le magasin, de la décoration à l’ambiance générale. Nous suivons au plus près les tendances de couleurs de la mode, avec une année d’avance. Nous proposons aussi à nos clients des aides à la création de compositions et des cours», explique Hubert Capon. Autre différenciation : les achats de végétaux et de produits manufacturés via la centrale des Compagnons des Saisons, très active à faire vivre le groupement grâce à des formations et des visites en régulières en Europe. « Nous sommes ici sous l’influence des pays du Nord», ajoute-t-il en insistant aussi sur le contexte concurrentiel sévère avec les magasins belges voisins qui justifie cette stratégie de différentiation. Et ça paie : Les Compagnons des Saisons sont aujourd’hui en position dominante sur le marché de la région lilloise, selon le dirigeant. Une situation qu’il compte pérenniser, même si l’indépendance est difficile à tenir sur un marché «météo dépendant» et où «le jardinage se perd». Pour contrer cette évolution, il a misé sur l’animalerie (20% du CA) et sur les fleurs coupées (20% du CA), en plus du jardin. Mais l’homme est avant tout un « puriste du végétal » qui tient à proposer des plantes dignes de ce nom, de saison et en bonne santé. Par principes et pour le respect du client et de dame Nature.