Une nouvelle zone logistique sur le port de Dunkerque

Publié dans l'édition Nord N. 8554 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le port de Dunkerque souhaite offrir aux logisticiens et aux industriels une nouvelle zone d’implantation de leurs activités sur la zone du Port Ouest : DLI Sud (Dunkerque Logistique International Sud). Parallèlement aux démarches du port visant à obtenir l’ensemble des autorisations permettant l’aménagement de la zone, le Groupe Eiffage développe un projet de zone logistique et multimodale implantée sur le site DLI Sud. Le respect des réglementations existantes destinées à la préservation de la santé, de l’environnement et de la sécurité, fait de la logistique et de la traçabilité des matières dangereuses un sujet d’intérêt majeur pour de nombreux acteurs industriels ou de la distribution.

Le calendrier actuel du projet prévoit un début des travaux en 2015 pour une durée totale de 4 ans répartie sur trois phases d’aménagement. Avec une emprise foncière de 75 hectares (dont 20 de zone naturelle), l’infrastructure sera composée d’un parc entrepôts couverts de 96 000 m2 avec stockage de conteneurs en unités automatisées, une première en France. Le chantier multimodal comportera également 18km de voies ferrées. Les flux logistiques prévisionnels s’établissent à terme à 850 000 palettes et l’équivalent de 100 000 conteneurs, 5 trains par semaine et 500 poids lourds par jour.

Selon Mme Cabau-Woehrel, présidente du Directoire de Dunkerque-Port, «ce nouveau site à vocation multimodale, implanté au cœur des projets de développement des futures infrastructures du port, s’intègre aussi parfaitement dans sa politique d’aménagement et de développement durable». Selon Claude Cadot, directeur du développement industriel du Groupe Eiffage Construction, «cette infrastructure innovante anticipe les évolutions liées à la chaîne logistique des matières dangereuses et renforce les intermodalités favorisant l’utilisation de modes de transport massifiés. Elle répond à une demande spécifique qui ne trouve pas de réponse dans l’offre logistique actuelle».