« Cap climat » : des réalisations concrètes à Lille

Publié dans l'édition Nord N. 8596 par

Dans le cadre de « Cap climat 2013 », voici un tour d’horizon de quelques structures lilloises rénovées ou en cours de rénovation, illustrant la volonté d’agir contre le changement climatique.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

En amont de la grande journée du 19 septembre « Cap climat 2013 », les cinq partenaires organisateurs  − l’Etat (DREAL), l’ADEME, le conseil régional Nord-Pas-de-Calais, le conseil général du Nord, le Département du Pas-de-Calais – ont organisé une visite de terrain. Le 10 septembre dernier ont été présentés différents bâtiments et rues lillois rénovés dans un esprit développement durable : l’école Mallot-Painlevé, le salon de coiffure Beautiful studio, la maison attenante à la salle de théâtre La Barraca Zem, la Maison de l’habitat durable et une nouvelle zone 30 aménagée en double sens cyclable. Ils illustrent ainsi l’engagement de la Ville pour lutter contre le changement climatique. Une manière de montrer que la mobilisation des partenaires pour animer depuis 2008 cette dynamique « climat » en Nord-Pas de Calais commence à porter ses fruits.

 10 000 m2 de panneaux photovoltaïques. Durant cette visite, quelques chiffres ont été donnés par Philippe Tostain, adjoint du maire de Lille : «10 000 m2 de panneaux photovoltaïques installés sur les bâtiments lillois, près de 1 000 logements privés écorénovés et 68 km aménagés en double sens cyclable. A terme, les objectifs seraient de 2 500 logements rénovés par an sur la ville de Lille d’ici 2020». Plus largement, les prévisions annoncées durant cette rencontre s’étendraient à 14 000 réhabilitations thermiques par an d’ici 2020 au niveau de la métropole lilloise et 50 000 au niveau régional. D’où des enjeux économiques et sociaux importants. Pour Philippe Tostain, «le mouvement d’écorénovation devrait d’ailleurs s’accélérer à la suite des élections municipales au printemps 2014, étant donné que le mode d’emploi a été trouvé !»

 Maison de l’habitat durable. En effet, cela n’a pas toujours été simple pour ceux qui menaient ces projets d’écorénovation. Comme Solis, coopérative photovoltaïque dirigée par Thierry Jansoone, en charge d’installer 180 m2 de panneaux photovoltaïques sur l’école Mallot-Painlevée : «Cela été complexe de travailler avec les grands opérateurs comme ERDF. Nous avons eu des freins politiques et techniques qui ont bloqué le projet pendant six mois.» Même constat du côté du couple Almeida qui écorénove depuis 2009 une des dernières maison à ossature bois de Wazemmes datant de 1850, attenante à la Barraca Zem: «Trouver des artisans pouvant installer des écomatériaux, comme la laine de chanvre, la laine de bois, les parois de Fermacell, a été compliqué.» Mais tous confirment le soutien financier des partenaires comme l’ANAH, la Ville de Lille, les Cigales… Et ils sont prêts à poursuivre leurs projets d’écorénovation. Ce, d’autant plus avec l’ouverture de la Maison de l’habitat durable, à Wazemmes mi-octobre 2013, qui deviendra le guichet unique pour toute information et aide financière en matière d’écorénovation.

D.R.

Maison de l'habitat durable à Wazemmes, guichet unique pour toute information et aide financière en matière d'écorénovation.