Développement durable

Les moutons de la SAEE soutenus par le Calaisis

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8621 par

   «Notre projet est né d’une discussion sur l’écopastoralisme, une vraie innovation du développement durable», explique Rémi Empisse, dirigeant de la SAEE. Œuvrant dans la création et la gestion des espaces verts pour des professionnels ou des particuliers, ce chef d’entreprise fait aussi bouger le territoire avec le Calais Business Club. «Les idées fourmillent dans […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

CAPresse 2014

 «Notre projet est né d’une discussion sur l’écopastoralisme, une vraie innovation du développement durable», explique Rémi Empisse, dirigeant de la SAEE. Œuvrant dans la création et la gestion des espaces verts pour des professionnels ou des particuliers, ce chef d’entreprise fait aussi bouger le territoire avec le Calais Business Club. «Les idées fourmillent dans les PME du littoral. Elles doivent se sentir soutenues», prêche l’homme qui aujourd’hui propose des moutons pour l’entretien des espaces verts (six à sept par hectare à brouter). L’agglomération calaisienne a saisi la balle au bond et déclenché le dispositif du fonds de soutien à l’artisanat : la SAEE disposera de 40 000 euros remboursables, avec un répit d’un an et à taux zéro. «Nos tondeuses ne passent pas sur la zone du Virval», a expliqué Philippe Blet, président de l’Agglomération. «D’une contrainte, on fait un atout», surenchérit Rémi Empisse. Son troupeau va dépasser 60 têtes et les premières naissances ont eu lieu. «On a aussi débuté le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes publics. C’est un franc succès» ajoute-t-il. Fin 2013, la SAEE a procédé à une troisième embauche pour son activité d’écopastoralisme. «On a aussi formé deux bergers en interne.» La SAEE emploie actuellement 58 personnes dans le Calaisis, dont 5 apprentis.