La Citadelle d’Arras, belle et utile

Un nouveau regard sur le quartier

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8623 par

Robert Dumont, passionné de la cité atrébate, invite à découvrir La Citadelle d’Arras : belle et utile, à travers son nouvel ouvrage (en français et en anglais) agrémenté de près deux cents plans, cartes postales et photos qui raconte la citadelle à travers 32 pages d’histoire et de découvertes.  La citadelle historique. Autrefois surnommée «la […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Robert Dumont, passionné de la cité atrébate, invite à découvrir La Citadelle d’Arras : belle et utile, à travers son nouvel ouvrage (en français et en anglais) agrémenté de près deux cents plans, cartes postales et photos qui raconte la citadelle à travers 32 pages d’histoire et de découvertes.

 La citadelle historique. Autrefois surnommée «la belle inutile», la citadelle fut construite à partir de 1668 et est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2008. Au fil des pages, son histoire est dévoilée à travers de nombreux événements qui s’y sont déroulés, comme celui du douloureux mur des fusillés, et par les illustres personnages qui y firent un passage comme le Roi-Soleil, Vauban, les gouverneurs et bien d’autres. On y croise également les militaires qui occupèrent les lieux : d’abord les Invalides puis le 3e Génie, les Chasseurs et, enfin, le Train des équipages (transport et ravitaillement de l’armée impériale de Napoléon).

 La citadelle du futur. « La citadelle verte et bleue », poumon vert d’Arras, n’est pas oubliée. C’est maintenant le tourisme, les loisirs, les activités sportives et artistiques qui ont investi la citadelle, contribuant à démontrer l’intérêt écologique, festif et culturel du site. « La citadelle en marche » présente le rôle majeur de la communauté urbaine d’Arras dans la transformation de la place militaire en un quartier de vie ouvert sur la ville.

Enfin, pour mieux comprendre les fortifications, Robert Dumont décrit l’enceinte, les portes et les bâtiments dont l’arsenal et la chapelle Saint-Louis, plus vieil édifice religieux d’Arras.

L’idée maîtresse selon laquelle la citadelle est « belle et utile » est bien présente tout au long du récit.

 Un Arrageois de cœur. Robert Dumont a déjà publié Balade au cœur d’Arras, Le Quartier de la Cité et Arras, Histoires et Légendes. Colonel en retraite, il est chevalier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite. Il a servi au 525e régiment de transport lourd au quartier Schramm et a commandé le 511e régiment du train à Auxonne (Côte-d’Or) de 1985 à 1987.