De l’autre côté de la frontière

Publié dans l'édition Nord N. 8638 par

Une inflation basse… Le rapport annuel de l’Institut des comptes nationaux indique un tournant dans l’évolution des prix en Belgique. Pour la première fois depuis cinq ans, l’inflation en Belgique aura été inférieure aux autres pays européens (+ 1,2% contre + 1,4%). Le recul est d’autant plus manifeste par rapport à la hausse de 2012 […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Une inflation basse…

Le rapport annuel de l’Institut des comptes nationaux indique un tournant dans l’évolution des prix en Belgique. Pour la première fois depuis cinq ans, l’inflation en Belgique aura été inférieure aux autres pays européens (+ 1,2% contre + 1,4%). Le recul est d’autant plus manifeste par rapport à la hausse de 2012 qui avait atteint 2,6%. En 2013, c’est le prix de l’énergie qui a fait baisser la facture. Alors qu’il avait crû de 6% en 2012, il a baissé l’an dernier de 4,3% : vigueur de l’euro et baisse du brut expliquent cela. En 2013, les consommateurs ont payé moins cher leur carburant (- 4,6%), leur mazout de chauffage (- 5,9%), leur gaz naturel (- 8,5%). L’électricité n’a baissé que de 0,9%. Côté alimentation, l’inflation a été de 3,2% malgré un recul des prix des matières premières de 5,5%. Les biens de consommation durable ont stagné pendant que les prix des produits informatiques tombaient de 7,5%.

… mais le chômage augmente

En janvier dernier, on dénombrait 461 785 demandeurs d’emploi dans le Royaume, soit 22 902 de plus qu’en janvier 2012 (+ 5,2%) selon l’ONEM. L’augmentation concerne toutes les régions : + 16 504 en Flandres (179 213 chômeurs en tout), + 4 284 en Wallonie (soit 203 306 chômeurs au total) et 2 114 à Bruxelles (79 266 personnes). Les diverses tranches montrent des disparités : si le chômage des jeunes est stable (- 1 246 personnes en Wallonie et – 387 personnes à Bruxelles, contre une hausse de 1 551 en Flandres), la Belgique comptait 117 722 chômeurs âgés de plus de 50 ans. Cette population augmente dans toutes les régions. Le chômage de longue durée s’incruste dans le corps social, avec là aussi une progression dans toute la Belgique. Près de la moitié des chômeurs de Wallonie le sont depuis au moins deux ans. A Bruxelles, le chiffre dépasse désormais 50%.

Inquiétudes sur les titres-services

Leur nombre a baissé de 2,2% en janvier dernier (214 462 titres ont été émis), ce qui est concomitant au taux de chômage. “Si la tendance se poursuit, 3 000 emplois seront menacés”, indique la fédération professionnelle Federgon. Pour une heure d’aide subventionnée par l’Etat fédéral pour des tâches auprès des particuliers, il faut désormais débourser 9 euros contre 7,5 en 2011.

L’héritage de Dexia chez Belfus

12,5 milliards d’euros d’actifs hébergés en Irlande font partie des actifs hérités par Belfus, banque d’Etat belge. Une enquête européenne est en cours pour déterminer si des pertes ont été logées à l’étranger et si elles peuvent resurgir dans les bilans de la banque… En année électorale (législative, régionale et européenne), on peut parier que toute recapitalisation sera reportée.

Que votent les entrepreneurs ?

D’après un sondage du Syndicat neutre pour indépendants (SNI) auprès de 344 patrons de PME en Wallonie et à Bruxelles, les entrepreneurs francophones seraient 61% à voter MR ; 8% pencheraient vers le PP, idem pour le FDF, 7% pour le CDH, 4% pour le PS, idem pour le PTB-GO, 2% à peine pour les écologistes et le même score pour le FN. Côté personnalités, Didier Reynders et Charles Michel sont les plus cités pour être Premier ministre et ministre-président de la Wallonie et de la fédération Wallonie-Brussels. Autre fait notable, les patrons de PME ne veulent plus (à 94%) du gouvernement actuel et souhaitent de nouvelles têtes. En Flandres, les préférences vont au NVA (pour 58%) suivi de l’Open VLD (pour 20%). Le Vlaams Belang ne récoltant que 5%…

Le robot Baxter arrive en Belgique

Une “usine du futur” est en voie d’implantation à Hasselt et nécessitera 850 millions d’euros d’investissement. Ce centre de recherche, baptisé Sirris, servira d’espace d’acculturation aux entreprises belges manufacturières qui souhaite actualiser leurs savoir-faire dans la robotique et le micro-usinage. Pour les accueillir, le robot Baxter, commercialisé par la société américaine ReThink Robotics, sera probablement l’attraction : capable de copier les gestes des hommes, cette machine (d’à peine 17 000 euros) n’a pas besoin de programmation ni d’intégration complexe dans un process.