Une expo labellisée par la Mission du Centenaire

« Boulogne-sur-Mer, port allié (1914-1918) »

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9501 par

Le ministre chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, Kader Arif, et le député-maire de Boulogne, Frédéric Cuvillier, ont inauguré le 11 septembre l’exposition «Boulogne, port allié 1914-1918».

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Boulogne-sur-Mer, lors du premier conflit mondial, fut une place très importante du débarquement des troupes alliées. Symboliquement, l’ancienne gare maritime, désaffectée depuis l’arrêt du trafic transmanche, a été choisie pour accueillir cette grande exposition sur le rôle tenu à cette époque par son port, ses marins et sa population.

Dès le 2 août 1914, Boulogne se vide de ses estivants et s’installe dans la guerre : aussitôt, 24 de ses chalutiers, réquisitionnés, sont solidement embossés, tous feux éteints, pour barrer le passage du pas de Calais aux deux escadres allemandes qui viennent de quitter le canal de Kiel.

Sur ce site, le général des armées américaines John Pershing a posé son premier pas sur le sol européen en 1917. De leur arrivée triomphale d’août 1914 à leur départ définitif fin 1919, près de deux millions de soldats ont cohabité avec la population boulonnaise. Si certains d’entre eux ne font que passer, d’autres séjournent plus longuement dans les camps ou hôpitaux établis dans la ville, où se côtoient bien des nationalités, même si les Britanniques sont majoritaires. Américains, Portugais, Canadiens, Indiens, Chinois, Egyptiens font du port une véritable Babel, symbole de la diversité des forces alliées.

«Cette exposition, a souligné le ministre Kader Arif, nous rappelle que votre ville est le reflet d’une mémoire plurielle mais apaisée qui nous réunit autour des valeurs fondamentales, simples mais solides, de notre République. La liberté, celle arrachée à l’ennemi au prix du sang. L’égalité entre les hommes par les sacrifices consentis, par le sang versé, par les souffrances endurées. La fraternité enfin, celle des armes bien sûr, mais plus encore celle des âmes, celle des cœurs, celle qui animait alors les Boulonnais venant en aide aux combattants alliés et aux soldats blessés.»

Cette exposition, qui rassemble 200 photos, a été labellisée par la Mission du Centenaire et réalisée par les Archives municipales de la ville de Boulogne, en partenariat avec la DRAC du Nord-Pas-de-Calais et le conseil général du Pas-de-Calais.  Elle est visible jusqu’au 18 décembre à la gare maritime, du mardi au vendredi de 9 à 12 h et de 14 à 18 h, et le week-end de 10 à 12 h et de 14 à 18 h. L’entrée est gratuite.