Escape game (jeux d'évasion)

Carton plein pour Get Out !

Publié dans l'édition Nord N. 8747 par

Le 21 novembre 2014, rue Solferino, s’ouvrait le premier jeu de détectives grandeur nature… Une première à Lille. Onze mois plus tard, 16 000 détectives ont déjà tenté de résoudre les énigmes de Get Out. Une expérience unique, en tout cas pour le moment, car le concept semble déjà inspirer d’autres entrepreneurs… Avant que les concurrents débarquent, immersion dans le monde de Sherlock Holmes !

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

D.R.

Le hall d'accueil de Get Out plonge les joueurs dans l'univers de Sherlock Holmes avant même qu'ils pénètrent dans les salles de jeux.

Une fois franchie la porte de la salle de jeu, l’équipe de détectives dispose de 60 minutes pour fouiller la pièce, rechercher des indices et résoudre l’énigme de façon à s’échapper avant le temps écoulé. Cela paraît simple et pourtant une équipe sur deux échoue. Créateur du jeu en duo avec Vincent Liogier, Samuel Lefèvre nous éclaire sur la genèse du projet. «J’ai vécu à Londres pendant huit ans, où je travaillais dans le cinéma. C’est là que j’ai découvert le concept d’escape game (jeu d’évasion) et quelques mois plus tard je suis revenu en France.» Il n’a fallu que deux mois d’études pour implanter le concept dans le Nord. «Avec Vincent, on y a cru tout de suite, on y est allés», raconte-t-il.

 Succès auprès des Lillois. Pari réussi pour les jeunes entrepreneurs : onze mois seulement après l’ouverture, le taux de remplissage atteint presque les 80% et le nombre de détectives s’élève déjà à plus de 16 000, des chiffres «au-delà des espérances». Mieux encore, TripAdvisor a classé Get Out comme première activité de loisirs à faire sur Lille. Ce concept, qui, pour le moment, est encore unique à Lille, devrait rapidement être imité. «Des concurrents arriveront dans quelques mois ; de notre côté nous allons renouveler nos énigmes», déclarait l’intéressé,rappelant le point fort de son concept : «Get Out joue la carte de l’immersion et de l’expérience plutôt que du jeu.» Actuellement, l’espace de jeu comporte trois salles pour deux énigmes distinctes.

 Get Out a conquis les entreprises. Si les familles et étudiants ont déjà adhéré au concept, les entreprises ont également été séduites. Cohésion d’équipe, communication et logique requises, les entreprises profitent du jeu pour unifier leurs équipes de travail. «Beaucoup d’entreprises privatisent notre espace pour jouer et se réunir ensuite autour d’un cocktail dînatoire», se réjouit l’un des fondateurs. 

 Note :

Groupe de 3 à 6 personnes.
Ouverture du mardi au samedi (10h-23h) et le dimanche (10h-19h).

 Une expansion nationale. Et internationale ?

 Si le Get Out lille fait un carton, pas question pour les deux jeunes créateurs de s’arrêter en si bon chemin. En avril dernier, un deuxième établissement ouvrait à Reims et en novembre prochain la marque s’implantera à Orléans. Le duo d’entrepreneurs a même pour ambition «d’exporter la marque à l’international». En France, 35 salles de jeux sont présentes en province contre 18 à Paris. Cette explosion sur l’Hexagone est très récente alors que le concept qui provient du Japon est déjà très répandu là-bas depuis des années.