LE 1ER MARS À L’ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D’ARTS ET MÉTIERS

Les petites entreprises misent grand

Publié dans l'édition Nord N. 8769 par

Pour sa deuxième édition, le forum “Smart is beautiful” en partenariat avec l’école d’Arts et Métiers Paristech de Lille, a accueilli neuf  start‑ups et PME locales. Le but ? Montrer que les petites entreprises ont elles aussi leur place parmi les plus grandes.  L’objectif premier du salon “Smart is beautiful” est avant tout de “combattre […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Ce forum était l’occasion pour les étudiants d’échanger avec le monde de l’entreprise.

Pour sa deuxième édition, le forum “Smart is beautiful” en partenariat avec l’école d’Arts et Métiers Paristech de Lille, a accueilli neuf  start‑ups et PME locales. Le but ? Montrer que les petites entreprises ont elles aussi leur place parmi les plus grandes. 

L’objectif premier du salon “Smart is beautiful” est avant tout de “combattre les idées reçues sur les petites entreprises” explique Anne-Sophie Alberic, responsable bureau des relations entreprise de l’école. “Nous avons beaucoup de liens avec les grandes entreprises comme les petites”. La sollicitation de petites entreprises reste toutefois difficile, mais l’ensemble des intervenants souhaitent avant tout “ouvrir les yeux à la fois aux élèves et aux visiteurs sur le fait qu’il y a de l’innovation même dans les petites entreprises !”. Les entreprises présentes lors de cette deuxième édition représentent tout secteur confondu, même si AnneSophie Aberic note que “la numérisation 3D est fortement représentée cette année. Cela peut être dû aux formations spécialisées que nous proposons comme l’impression 3D, mais il y aussi des parties plus institutionnelles et de conseils”.

D.R.

Espaciel, l’une des neuf entreprises présentes lors du forum.

Une aide pour les élèves. “Par rapport à la première année nous avons le même nombre d’entreprises, neuf. Ce
n’est pas suffisant et il n’y a pas assez d’élèves” juge AnneSophie Alberic. Mais ce qui ressort du salon est plutôt positif puisque cela débouche souvent sur des stages pour les élèves. “Il faut planter des graines” ne cesse de répéter l’intéressée, insinuant que tout ne se fait pas forcément “sur le court terme, mais plutôt sur le long terme pour ces startups amenées à se développer”. Par la suite, cette expérience peut inciter les élèves à créer leur entreprise grâce aux ateliers mis en place, notamment sur les start-ups numériques, “c’est pour eux un entraînement qui a des objectifs multiples et une incidence sur leur carrière future”. La création d’un incubateur TONIC courant 2007 – 2008 renforce ce sentiment et permet d’accélérer ce processus de mise en place de ces entreprises pour les aider à se lancer.

Des bénéfices pour les entreprises. Pour certains, comme les anciens élèves, le lien est encore plus fort avec ce forum. “C’est aussi une occasion de recruter des stagiaires” confie Jérémie, employé de Espaciel, jeune entreprise créée en 2013 et spécialisée dans le bien être et la lumière naturelle. Luimême ancien de l’école et premier employé aux côtés du fondateur, il était à la recherche de nouvelles compétences en ingénieur production, ce qu’il a trouvé auprès de Gabriel, un jeune stagiaire en deuxième année. Selon eux, les petites entreprises sont l’occasion d’avoir “une immersion plus grande au sein de l’entreprise, mais aussi de toucher à tout. Gabriel a des responsabilités qui font qu’il est plus impliqué et réactif, ça permet aussi un certain renouveau dans notre petite équipe”. Un conseil aux étudiants ? “contacter les entrepreneurs pour discuter et échanger avec eux ! C’est important de bien s’entourer, de parler de ses idées pour ensuite les ajuster”.

Clémentine SOREL