PORTES OUVERTES AU LYCÉE DES MÉTIERS DES TRAVAUX PUBLICS

Le campus continue de se structurer

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9580 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Le lycée est devenu une véritable vitrine des savoir-faire des TP.

Le Lycée des métiers des travaux publics de Bruay-La-Buissière s’est structuré en Campus des travaux publics. L’établissement a ouvert ses portes au public le 26 mars dernier et ce fut l’occasion de constater que la filière offre des perspectives de carrière et recrute du niveau CAP à ingénieur. 

Bien plus qu’un lycée, c’est désormais un campus dédié aux métiers des travaux publics qui est installé à Bruay-la-Buissière et il dispense des formations allant du CAP au BTS. Cette véritable institution, unique en France, a organisé ses portes ouvertes le 26 mars dernier et les visiteurs ont pu découvrir un formidable outil où viennent d’être investis 6,5 millions d’euros pour l’achat de matériel. Le lycée compte 500 élèves : 250 inscrits en formation continue et 250 en apprentissage. “Nous accueillons dans nos locaux l’école Eiffage qui est un centre d’apprentissage”, explique Sylvie Tassez, proviseur. Dans un proche avenir, d’autres crédits seront débloqués afin de construire un nouveau bâtiment qui comprendra un espace démonstration pour présenter les nouveaux engins aux professionnels. Un amphithéâtre permettant d’accueillir des conférences et autres séminaires sera également édifié. Par ailleurs, 150 studios sont aménagés et ces logements s’adressent aux salariés qui viennent chaque année en formation au sein du lycée. Toujours plus de R&D. Le campus prépare activement ses élèves à l’intégration au monde professionnel. Les entreprises locales recherchent incessamment de la main-d’œuvre et elles trouvent au sein du campus un vivier de personnes qualifiées et immédiatement opérationnelles. Le lycée travaille également avec ses partenaires sur des projets innovants, susceptibles de séduire à brève échéance les professionnels de la filière. L’illustration la plus probante reste la création de la “route durable”, comme le souligne Régis Decofour, délégué académique aux enseignements techniques : “Elle sera effectuée en lien avec l’université d’Artois. Nous planchons sur la construction d’une voirie réalisée à partir de matériaux réemployés. Cette route futuriste sera mise en place au sein de l’établissement scolaire.” Des véhicules circuleront quotidiennement sur cette chaussée nouvelle génération. Ainsi, sa résistance aux épreuves du temps sera testée. L’axe recherche et développement va être accentué, puisque le lycée travaille en étroite collaboration avec des écoles d’ingénieurs, telles que l’Ecole des mines de Douai. De même, cette infrastructure est impliquée dans les réflexions menées dans le cadre du pôle d’excellence régional INOTEP.

Philippe JANS