BAGELSTEIN, DANS LE CENTRE DE LILLE

L’univers du bagel s’exporte à Lille

Publié dans l'édition Nord N. 8778 par

L’enseigne Bagelstein, ouverte depuis le  16 février dernier au 48 rue Faidherbe, est connue pour son côté décalé et humoristique grâce notamment aux affiches et phrases de vie présentes sur les murs. Une façon ludique qui attise la curiosité des Lillois face à une offre inédite. Au départ, les trois associés ? Cendrine, Guillaume son […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Les trois associés espèrent ouvrir d'autres établissements sur la métropole.

L’enseigne Bagelstein, ouverte depuis le  16 février dernier au 48 rue Faidherbe, est connue pour son côté décalé et humoristique grâce notamment aux affiches et phrases de vie présentes sur les murs. Une façon ludique qui attise la curiosité des Lillois face à une offre inédite.

Au départ, les trois associés ? Cendrine, Guillaume son mari et Carol sa sœur – n’étaient pas forcement destinés à la restauration. Prothésiste dentaire en Normandie pour lui, à ses cotés sa femme Cendrine qui travaille en tant que commerciale dans une société de contrôle qualité, et Carol qui travaille dans la même société que sa sœur mais à Lille. Cendrine explique que “nous avons eu envie tous les trois à peu près au même moment de faire notre petit truc à nous”. Initialement, les sœurs avaient un autre projet qui était de créer une pâtisserie. “Ma sœur et moi avons suivi une formation, mais le projet a été un peu avorté suite à notre rencontre, par hasard, des deux fondateurs de Bagelstein. On a eu un gros coup de cœur pour eux et inversement. Ils cherchaient à franchiser sur Lille. Ça s’est décidé en septembre 2015, et deux mois après on signait pour ce local.” Première implantation nordiste de l’enseigne strasbourgeoise, Bagelstein est pourtant connue au niveau national puisqu’il existe aujourd’hui 63 points en France, dont 30 à Paris. C’est cette renommée qui les a décidés dans le choix de l’emplacement. “On voulait vraiment être dans l’axe gare, un axe de passage. Il y a beaucoup de gens qui travaillent sur Paris et nous proposons des formules adaptées à chaque instant que la plupart des clients emportent. Beaucoup de Lillois, finalement, connaissaient Bagelstein sur Paris et ont été ravis de nous voir sur Lille.”

Un enthousiasme spontané. Depuis l’ouverture, les gérants constatent un réel engouement de la part de la population lilloise mais aussi étrangère, qui vient par curiosité. “L’enseigne crée une petite communauté de jeunes dynamiques et on a eu du monde tout de suite sans faire de pub ni de communication.” Avec l’ouverture de nouvelles enseignes type café/ restauration, les gérants ne se soucient pas de la concurrence : “Nous ne sommes pas sur les mêmes créneaux et on ne se considère pas du tout concurrents avec eux. Nous sommes spécialisés dans les bagels et notre offre est de ce
fait plus approfondie et complémentaire.” Leur credo ? Proposer des formules tout au long de la journée et “être présent à tous les instants avec des produits frais et faits maison”. Une formule Brunch va d’ailleurs être mise en place d’ici peu : “On marche très fort le matin, notamment avec les touristes, qui aiment manger du salé. On propose aussi beaucoup de milkshakes, des boissons chaudes gourmandes, avec bientôt une offre smoothie !” Mais le goûter phare de l’enseigne reste le bagel que l’on peut ici déguster version sucrée. “On va avoir un pain nature toasté que l’on va garnir de Nutella, de caramel beurre salé, de crème de spéculoos… Ça change des offres classiques.” Afin de fidéliser les clients et toujours se renouveler, Bagelstein propose chaque mois un bagel différent en plus du panel déjà présent sur la carte, mais également des opérations spéciales, comme pour la Journée de la femme : “Nous avons caché dans quatre de nos verrines – dessert avec du fromage blanc, coulis, meringue et crumble – des fèves et, à chaque fève trouvée la personne remportait une paire de Louboutin.”

Un développement potentiel. Actuellement l’établissement de Lille compte quatre personnes – les trois associés et Valentin qui a été embauché – mais des recrutements d’été et des contrats pro en alternance vont s’effectuer. Bientôt, l’établissement de 55 m2 accueillera également une terrasse, ajoutant un potentiel de 15 places supplémentaires aux 25 déjà existantes. Passionnés par leur métier, ils sont intéressés par de nouvelles ouvertures, notamment dans la métropole lilloise.

Clémentine SOREL