À DUNKERQUE ET SUR L’ENSEMBLE DU LITTORAL

Gassmeid : une palette de synergies

Publié dans l'édition Nord N. 8793 par

Depuis six ans, des dirigeants de PME dunkerquoises se sont unis au sein de l’association Gassmeid pour faire face ensemble à la rigueur des temps. Au sein de cette structure souple, mutualisation, développement, promotion du savoir-faire et dynamique des territoires sont les orientations qui rassemblent. De quoi offrir une palette de synergies aux clients, parmi […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Nicolas Breuvart, président de Gassmeid (à gauche) et Mickaël Vanuxem, animateur-coordinateur.

Depuis six ans, des dirigeants de PME dunkerquoises se sont unis au sein de l’association Gassmeid pour faire face ensemble à la rigueur des temps. Au sein de cette structure souple, mutualisation, développement, promotion du savoir-faire et dynamique des territoires sont les orientations qui rassemblent. De quoi offrir une palette de synergies aux clients, parmi lesquels les grands groupes industriels.

Les initiatives des pouvoirs publics en matière de développement économique ont parfois des conséquences inattendues. C’est ainsi qu’un appel à projets avait été lancé, à la fin de la précédente décennie, pour lancer un cluster sur la maintenance industrielle. Quelques entreprises dunkerquoises avaient monté un dossier qui n’eut pas de suite. Ses protagonistes ne se découragèrent pas et décidèrent de se fédérer dans une association loi de 1901. Ainsi naquit Gassmeid en 2010. Gassmeid rassemble 25 PME indépendantes ressortissantes de la CCI Côte d’Opale. À l’origine, ces entreprises travaillaient pour la plupart dans la maintenance industrielle. Les voici en groupement qui se veut “au service de la performance industrielle”. Avec quelques arguments : les 25 entreprises de Gassmeid rassemblent 700 collaborateurs qui représentent 1 million d’heures de capacité de production par an. Le chiffre d’affaires cumulé du groupement est de 65 millions d’euros. Depuis quelques mois, Gassmeid est présidé par Nicolas Breuvart, par ailleurs PDG de la Société générale de mécanique à Craywick. La fonction d’animateur-coordinateur est assumée par Mickaël Vanuxem.

Au service des clients. Qui dit PME dit indépendant. Voire… Les réalités sont en train de changer. Les volumes d’activité peuvent baisser et la visibilité sur l’avenir, proche ou lointain, peut devenir opaque. Pour les adhérents de Gassmeid, “les clés du succès résident maintenant dans la mise en synergie des moyens humains et matériels, dans la valorisation de leurs savoir-faire et dans la création de services spécifiques répondant aux attentes des grands groupes industriels”. Gassmeid rassemble ainsi des compétences en études et contrôles, en maintenance et en travaux neufs. Informatique industrielle, contrôles des réseaux, génie civil, VRD, construction métallique, électricité, plomberie, plasturgie, chaudronnerie, hydraulique : cette liste des interventions possibles de Gassmeid est loin d’être exhaustive. La clientèle des entreprises du groupement est issue des secteurs de l’agroalimentaire, de la chimie, de la papeterie, de l’automobile, de la pétrochimie, de l’industrie ferroviaire, etc.

Les vertus de la mutualisation. Au-delà des faits, des chantiers accomplis en commun, Gassmeid, c’est aussi un état d’esprit. Ses membres se sont fixé une stratégie. Trois axes ont été définis : la mutualisation, le développement et la dynamique de territoire, ainsi que la promotion du savoir-faire. C’est sans doute le volet mutualisation qui est le plus percutant. Gassmeid ne ressemble en rien à ces organismes où chacun épie son voisin et reste sur son quantà- soi. Au sein de Gassmeid, la présence de plusieurs entreprises exerçant le même métier est possible et même recherchée. Elle est la source de complémentarités et aussi de transfert de commandes entre elles afin de lisser la charge de travail. Les fichiers clients sont aussi mis en commun. “Le groupement se construit au travers de la confiance”, commente M. Breuvart.

Des projets. “Gassmeid peut être un tremplin pour faire plein d’autres choses”, avance son président. Il songe à d’autres services à mutualiser. Ainsi, pour faire face à la pénurie de main-d’oeuvre qualifiée qui sévit dans nos contrées, le groupement songe à organiser des recrutements par simulation. Enfin, Gassmeid, dont les dirigeants estiment qu’il peut encore être mieux identifié par les différents secteurs d’activité pour lesquels il intervient, souffre encore d’une maladie de jeunesse : né à Dunkerque, il est encore un peu trop “dunkerquo-dunkerquois”… Aussi, un appel est lancé aux PME de l’ensemble de la Côte d’Opale pour qu’elles se joignent aux 25 membres actuels.

Hervé MORCRETTE