La communauté urbaine de Dunkerque soutient la création d'une filière numérique

Lancement d’un premier appel à projets innovant

Publié dans l'édition Nord N. 8819 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

D.R.

Patrice Vergriete, président de la communauté urbaine de Dunkerque (au centre), officialise le lancement du premier appel à projets innovant porté par la Turbine numérique.

En décembre dernier, la communauté urbaine de Dunkerque validait sa feuille de route numérique « pour agir et préparer un développement numérique territorialisé« , soulignait Isabelle Kerkhof, vice-présidente de la communauté urbaine de Dunkerque en charge du développement de la solidarité intercommunale et du numérique. La mise en place de cette stratégie découle des Etats généraux de l’emploi local, initiés par la CUD entre octobre 2014 et février 2015, et s’articule autour de huit axes : la culture, le tourisme, les services publics et citoyenneté, l’inclusion sociale, l’habitat et l’efficacité énergétique, la mobilité, les infrastructures et données, l’économie et le numérique. Ce dernier volet se décline dans l’accompagnement de l’entrepreneuriat et du crowdfunding, l’appropriation du numérique par les entreprises du territoire, l’accès à l’emploi et aux stages, ainsi que la mise en œuvre de la dynamique d’appel à projets numériques. C’est dans ce cadre que Patrice Vergriete, président de la communauté urbaine de Dunkerque, François Lavallée, président de la CCI Littoral Hauts-de-France, et Bruno Hervet, vice-président executive Smart and Ressourceful Cities Suez Groupe, ont lancé le premier appel à projets innovant. Unis par une convention de partenariat, ils souhaitent ainsi matérialiser leur soutien à la création d’une filière numérique sur le territoire. « L’objectif est d’inciter les PME-PMI à se diversifier, les start-up à se développer, les jeunes créateurs à innover« , reprenait Isabelle Kerkhof. Ce premier appel à projets veut encourager le développement d’innovations numériques liées à l’eau et aux systèmes de relève en milieu collectif ou industriel. « C’est une occasion magnifique d’accompagner les start-up locales, de développer de nouveaux services, d’apporter plus de pédagogie pour accompagner l’usager dans la manière dont il gère et il consomme, renchérissait Bruno Hervet. Ça va aider à mieux penser l’avenir, à renforcer le lien social, à aider notre intelligence collective à aller encore plus loin« , s’enthousiasmait ce dernier. Deux projets seront retenus pour ce premier opus1 et bénéficieront d’un accompagnement global sous forme d’expertise, de logistique et de financement, pour un montant total de 100 000 €. L’opération sera renouvelée chaque année et pourra concerner les secteurs d’activités numériques suivants : ville durable et services à la personne, services à l’industrie, services portuaires, énergie. « Avec les EGEL, on souhaite rétablir l’esprit conquérant dans le domaine économique, donner un nouvel élan au territoire dunkerquois, et on ne pouvait pas passer à côté du numérique, commentait Patrice Vergriete. La diversification économique du Dunkerquois est la priorité numéro 1, alors pourquoi ne pas accueillir et accompagner des start-up qui vont venir enrichir un terreau fertile dans une filière d’avenir« , concluait le président de la CUD.

 

1. Les candidats pourront retirer leur dossier à partir du 15 mars auprès de la mission numérique de la CUD ou en le téléchargeant directement sur le site internet de la communauté urbaine de Dunkerque. L’accompagnement des deux projets retenus durera entre 10 et 12 mois pour faire évoluer les projets jusqu’au stade de démonstrateur.