De Rabelais à nos jours : la déshumanisation de la justice (suite)

Suite de la première partie parue dans notre précédente édition. Trinquemalle n’est pas satisfait : – “Comment sententiez-vous, mon amy ? – Comme vous aultres, Messieurs, pour celuy, je donne sentence, duquel la chanse livrée par le sort du judiciaire, tribuniau, proetorial, premier advient.

42
Vous devez être connectés pour visualiser cet article