Au parc d’activité paysager Landacres à Isques

Hydrelis développe un ingénieux Stop-Flow pour économiser l’eau

Le Clip-Flow et, aujourd’hui, le Stop-Flow sont de géniaux appareils entièrement autonomes qui agissent sur les conduites d’eau comme une vanne d’arrêt intelligente, donnant l’alerte et fermant l’arrivée d’eau si nécessaire.

D.R.
Le directeur Thierry Sartorius, inventeur du Stop-Flow.

Née au sein de la pépinière d’entreprises Créamanche à Saint-Léonard, la société Hydrelis est désormais installée dans l’atelier relais construit par la communauté d’agglomération du Boulonnais sur le parc d’activité paysager de Landacres, implanté sur les communes d’ Isques et d’Hesdin-l’Abbé, à l’entrée de l’autoroute A16 Boulogne-Paris. La réussite de cette entreprise, fondée par son actuel directeur Thierry Sartorius, est liée au succès de son Clip-Flow qu’il a imaginé et conçu en 2002 en transposant aux réseaux d’eau le concept du disjoncteur électrique. Après avoir déposé son brevet et lancé le développement d’un démonstrateur intégrant toutes les fonctions de l’appareil, il a su séduire plusieurs industriels – dont la société boulonnaise Acean Sacel –  qui lui ont apporté leur soutien technique et financier.

Ce système anti-fuite d’eau, très facile à installer, est capable de détecter les ruptures de canalisation, les fuites et les consommations anormales. Il se réarme manuellement comme un disjoncteur électrique et son alimentation par pile au lithium lui assure une réelle autonomie de plusieurs années. Pratique pour qui veut mieux contrôler ses factures d’eau et éviter les montants imprévus dus aux fuites. L’appareil, dont l’installation ne nécessite aucun câblage, s’adresse au marché de l’habitat, au tertiaire, aux ports et aux collectivités territoriales ainsi qu’à l’industrie dans des applications particulières. Il permet des économies substantielles (de 10 à 30% de consommation en moins, à l’échelle d’une ville qui a équipé tous ses bâtiments, ses terrains de  sport, ses fontaines, ses toilettes publiques…). Il responsabilise les utilisateurs qui ne sont pas toujours les gestionnaires. Enfin, il possède des atouts écologiques, car il sensibilise la population aux enjeux  de la préservation de l’eau, une ressource vitale. C’est aujourd’hui une gamme complète d’appareils, de logiciels et de solutions évolutives qu’Hydrelis conçoit et commercialise : pour le particulier, l’entreprise, l’élu local ou le gestionnaire de parcs immobiliers.

D.R.
Le directeur Thierry Sartorius, inventeur du Stop-Flow.

Le marché du particulier. Car, après avoir séduit le marché des professionnels, Hydrelis a lancé en octobre 2014, avec une nouvelle politique de marketing, la commercialisation auprès du grand public  de son tout nouveau disjoncteur d’eau – le Stop Flow – un produit intelligent qui détecte et stoppe automatiquement les fuites. En moins de deux mois, 1 000 produits ont été vendus via un réseau de distributeurs ou directement sur le site www.hydrelis.fr au prix conseillé de 249 €, à comparer au coût d’un dégât des eaux estimé entre 1 500 et 3 000 €.

L’entreprise, présidée désormais par Vincent Rigal, est lauréate en 2014 du Trophée des objets connectés attribué par le secrétariat d’Etat au Numérique et la banque publique d’investissement. Elle emploie 18 salariés (6 au bureau d’études, 6 pour la pose et la logistique, 6 en commercial), la fabrication des appareils étant assurée à Abbeville, et elle consacre pas moins de 40% de son chiffre d’affaires à la R & D. Histoire d’éviter la fuite des cerveaux !