MINI-ENTREPRISES

Des jeunes entrepreneurs innovent autour du Nutella

Ils en rêvaient tous les matins au petit déjeuner, ils l’ont fait : un couteau ergonomique adapte au pot de Nutella. Et ce sont des jeunes de 15 ans qui ont imagine et conçu ce nouveau produit, grâce a la création d’une mini-entreprise dans leur lycée EIC-Tourcoing. Une expérience qui permet de reprendre confiance en soi et de découvrir l’entrepreneuriat. Six mois […]

D.R.
Les équipes des deux mini-entreprises Ecotable et Chococut du lycée EIC-Tourcoing.
D.R.
Les équipes des deux mini-entreprises Ecotable et Chococut du lycée EIC-Tourcoing.

Ils en rêvaient tous les matins au petit déjeuner, ils l’ont fait : un couteau ergonomique adapte au pot de Nutella. Et ce sont des jeunes de 15 ans qui ont imagine et conçu ce nouveau produit, grâce a la création d’une mini-entreprise dans leur lycée EIC-Tourcoing. Une expérience qui permet de reprendre confiance en soi et de découvrir l’entrepreneuriat.

Six mois après leur création, les deux mini-entreprises du lycée EIC-Tourcoing peuvent enfin présenter leurs produits finis : Chococut, un couteau souple adapté au pot de Nutella, mais aussi l’Ecotable, une table basse faite en palettes recyclées. Et le 30 mars 2017 dernier, on ressentait une certaine effervescence : c’était le premier jour de commercialisation. Une équipe de jeunes vendeurs squattaient la salle des profs, en espérant récupérer des bons de commande. Bilan en fin de matinée : une vingtaine de commandes fermes pour chaque produit. Un début encourageant. Les vendeurs espèrent développer leur chiffre d’affaires sur le secteur de l’établissement scolaire pour l’instant.

Entreprendre à 15 ans.

La classe de 3e prépapro, qui a créé ces deux mini-entreprises, a été accompagnée par l’association Entreprendre pour apprendre (EPA) Hauts-de-France, comme 220 autres minientreprises de la région. Elle a pu compter également sur le parrainage du groupe Cyrillus-Verbaudet. “Chaque mini-entreprise avait un gérant et des collaborateurs en charge de la production, du marketing, du business plan, de la communication, des ventes… tous âgés de 15 ans en moyenne et extrêmement motivés”, explique Valérie Lapere, enseignante. La force de ces deux mini-entreprises, c’est d’avoir pu utiliser au sein même de l’établissement scolaire l’atelier de menuiserie pour transformer les palettes en Ecotable ou fabriquer le manche en bois du couteau Chococut. Les jeunes ont également bénéficié de l’imprimante 3D pour réaliser le prototype de la lame du couteau Chococut. La lame finale en plastique alimentaire a été commandée auprès d’un prestataire extérieur.

Transformation des jeunes.

Naïma Cherigui, d’EPA, a coaché ces deux mini-entreprises : “C’est une réussite, j’ai vu les jeunes s’approprier pleinement leurs projets. Nous avons ressenti une forte créativité et une envie d’autonomie.” Axel Deledique, gérant d’Ecotable, fait un premier retour de cette expérience : “J’ai renforcé ma confiance en moi, je vais plus vers les autres et ça m’aide dans ma vie de tous les jours.” Valérie Lapere le confirme : “La mini-entreprise a permis de révéler chez les élèves une volonté de créer des échanges. C’était spectaculaire chez certains. Et on a eu un retour enthousiaste des parents, de voir le résultat positif de cette découverte du monde de l’entreprise chez leurs enfants.

Le Cube.

Cette nouvelle expérience n’est maintenant que le début d’une nouvelle stratégie pérenne de l’établissement : inscrire l’entrepreneuriat dans la scolarité des élèves. “Le lycée EIC Tourcoing avait déjà mis en place une mini-entreprise il y a dix ans. L’expérience devrait être renouvelée l’année prochaine”, comme l’a confirmé le chef d’établissement, Philippe Daviaud. Puis, en septembre 2019, un nouveau bâtiment, le Cube, devrait être inauguré dans les anciens locaux de l’entreprise Blancheporte, juste à côté. Cet espace sera dédié à la créativité. Les ateliers de menuiserie et d’usinage y seront déménagés. Un nouvel atelier de learning-lab et de codesign y seront créés également. “Nous souhaitons innover au niveau pédagogique, mettre en place une dizaine de mini-entreprises par an et nous associer au projet Erasmus + pour travailler avec d’autres pays sur des projets communs de mini-entreprises. Il s’agit d’amener l’entreprise dans l’école”, conclut Philippe Thibaut, enseignant, binôme de Valérie Lapere aux côtés des mini-entreprises. D’ici là, les jeunes de Chococut et Ecotable se retrouveront en compétition lors du concours de mini-entreprises à Lille Grand-Palais le 23 mai 2017 prochain.