Un accélérateur de réussite sur le territoire audomarois

Ce projet est né dès octobre 2015 dans le cadre de la restructuration de la Chambre de commerce, à l’initiative notamment de la communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer (Capso) et de l’Agence de développement économique. Les personnes qui poussent la porte du 16, place Victor Hugo, où s’est installée la Maison du développement économique […]

971

Ce projet est né dès octobre 2015 dans le cadre de la restructuration de la Chambre de commerce, à l’initiative notamment de la communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer (Capso) et de l’Agence de développement économique.

Les personnes qui poussent la porte du 16, place Victor Hugo, où s’est installée la Maison du développement économique (Mdé), peuvent désormais être renseignées sur toutes les étapes de la vie d’une entreprise, de sa création à sa transmission, avec toutes ses problématiques : financement, recrutement ou développement à l’international entre autres. “C’est un lieu physique unique où sont rassemblés des organismes et des compétences, explique Jean Bétremieux, directeur de l’action économique et de l’emploi à la Capso. L’idée ? C’est faciliter le parcours du créateur ou du chef d’entreprise qui a un lieu pour lui, où il trouvera les compétences dont il a besoin.” La Maison du développement économique propose donc trois objectifs bien distincts : outre simplifier le parcours du créateur ou du chef d’entreprise, comme évoqué juste avant par celui qui est aussi chargé d’animation de la Mdé, il s’agit de créer une dynamique nouvelle et d’assurer une mutualisation des services “à un moment où il est nécessaire d’optimiser la dépense publique”, insiste ce dernier. Aujourd’hui, cette institution, très novatrice dans sa conception, accueille en son sein quatorze organismes, bientôt quinze. Le quinzième sera Loisirs gourmets, association de professionnels de la restauration et de l’hôtellerie. “Et nous sommes en contact avec d’autres organismes qui désirent nous rejoindre”, enchaîne Jean Bétremieux. Le site n’est pas une structure supplémentaire et, de surcroît, sont mis à disposition un accueil, des équipements et des salles de réunion. “Nous sommes très attentifs à ce que chaque organisme garde son identité et sa visibilité, promet le responsable. Le chef d’entreprise, quand il vient, sait qu’il aura les réponses à ses questions.” Au rez-de-chaussée, sont regroupés les organismes qui accueillent le public, notamment des porteurs de projet et des créateurs d’entreprise. Ici, Initiative Pays de Saint-Omer accorde des prêts d’honneur sans intérêts et sans garantie aux créateurs. “Cinquante entreprises ont été financées l’année dernière et à peu près 480 000 euros de prêts d’honneur ont été réalisés, développe Stéphanie Bertrand, responsable de cette plate-forme locale. Ça fait un peu moins de 8 500 euros en moyenne par entreprise. Et 137 emplois ont été créés ou maintenus, que ce soit dans le cadre d’une création ou d’une reprise d’entreprise.” Quasiment tous les types de financement sont proposés, que les porteurs de projet aient accès au crédit bancaire ou pas.

Ces prêts peuvent monter jusqu’à 25 000 euros avec Initiative Pays de Saint-Omer, “mais jusqu’à 100 ou 200 000 euros avec Finorpa, qui dépend du Conseil régional, également présent dans cet immeuble”, détaille Jean Bétremieux. Pour Xavier Bertrand, le président du Conseil régional, qui a fait de l’emploi sa priorité dans le cadre de sa présidence à la tête de la Région et qui avait inauguré la Maison du développement économique au printemps dernier, c’est une organisation “sacrément intelligente”.