Perfactor

Une start-up qui fait les comptes de ses clients

Alexandre et Marion Langlais ont lancé l’outil Perfactor en mai 2017. La plateforme permet d’automatiser la saisie de données comptables pour simplifier l’élaboration de plans d’action au sein d’une entreprise.

316
La plateforme Perfactor a été créée en mai 2017.

Faire gagner du temps et de l’argent. Voilà l’objectif que s’étaient donné Alexandre et Marion Langlais en créant Perfactor. Le couple parcourt les Hauts-de-France et le nord de Paris pour proposer leur nouvel outil, capable de rassembler et de croiser les données comptables d’une entreprise en un seul tableau de bord. Alexandre Langlais a lancé sa start-up après avoir quitté volontairement son poste de responsable «gouvernance» chez Vallourec, en 2016, pendant le plan de départ du groupe. Inspiré par ses précédentes missions, il est parti d’un constat : «Pour gérer les finances d’une entreprise et élaborer un plan d’action, un consultant est payé à la journée. Ça peut donc finir par coûter très cher, alors qu’on pourrait automatiser beaucoup de choses.» En mai 2017, Perfactor était créé. Cette plateforme veut «rassembler une multitude de fichiers Excel en un seul outil, sur un cloud». Le client entre ses données comptables, et un algorithme va permettre de lui indiquer la situation de son entreprise. Après quoi l’analyse des indicateurs de gestion sera plus rapide et plus fine. Outre ce traitement informatique, Perfactor inclut dans sa formule une heure d’échange téléphonique avec un expert-comptable partenaire, pour bénéficier de conseils personnalisés. «Perfactor n’est pas un simple outil, mais un accompagnateur. Nous sommes en partenariat avec cinq consultants experts et deux cabinets d’experts-comptables. Ils ont accès aux données des clients et les analysent avant chaque rendez-vous», indique Alexandre Langlais. La formule la plus poussée de Perfector va jusqu’à automatiser la création d’un rapport d’activité. Les services rendus par le logiciel reviendraient alors entre trois et cinq fois moins cher qu’un recours à un consultant classique.

Vers l’élargissement de la Perfactory

Le groupe de consultants partenaires de Perfactor forme une communauté nommée «Perfactory». Les fondateurs voudraient en élargir l’effectif pour continuer la promotion de l’outil. Mais le couple cherche toujours plus de visibilité. «Pour avoir des clients en B to B, c’est toujours plus long que lorsqu’on lance une application accessible à tous», constate-t-elle. Perfactor devrait se doter d’une intelligence artificielle par la suite. Ce robot sera capable d’analyser les données récoltées et donnera automatiquement des conseils au client. «Bien sûr, ça n’effacera pas l’heure de discussion avec un consultant, rassure Alexandre Langlais. Car si la machine sait analyser des chiffres, il y a un rapport humain à prendre en compte dans toute gestion d’entreprise. Et seul le consultant en est capable.»