Entretien avec Anne-Sophie Van Hoove, directrice générale CIC Nord-Ouest

« La banque ouverte et collaborative est l’avenir du secteur »

Nommée en décembre dernier à la direction générale du CIC Nord-Ouest, Anne-Sophie Van Hoove a sous sa responsabilité un vaste territoire allant du Mont-Saint-Michel à la frontière belge. Fidèle accompagnateur des entreprises, le CIC Nord-Ouest poursuit sa dynamique de groupe, en misant sur l’innovation et la digitalisation.

Anne-Sophie Van Hoove, directrice générale CIC Nord Ouest.

La Gazette : À l’heure où le monde bancaire est en pleine évolution, comment le CIC Nord-Ouest prend-il part à cette transformation ?

Anne-Sophie Van Hoove : Nous accompagnons la transformation digitale de nos clients mais aussi celle du groupe. Nous avons d’ailleurs nommé un directeur de l’innovation pour faciliter les processus, à la fois pour nos collaborateurs mais aussi pour nos clients. L’innovation doit être un facilitateur du quotidien, sans pour autant empêcher le contact humain. Et cela correspond à notre volonté de rester une banque innovante et à taille humaine.

Une innovation qui se manifeste sous quels aspects ?

D’abord dans nos concepts d’agences – dont près de 70% ont été rénovées – avec une banque ouverte ; aujourd’hui, le client est de plus en plus autonome et nous devons nous y adapter. C’est un virage que nous opérons déjà depuis plusieurs années. Deux agences collaboratives sont d’ailleurs pilotes dans la région : à Lille et à Croix.

Sans pour autant négliger les relations humaines ?

Je crois beaucoup au contact humain. Certes, pour les opérations courantes, le client n’a plus besoin d’aller au guichet. Mais ce n’est pas le cas pour les opérations immobilières ou les placements. Le CIC Nord-Ouest compte actuellement 845 000 clients. Notre ambition à fin 2023 ? Atteindre le million de clients, tous marchés confondus (particuliers, professionnels, entreprises, clientèle privée)

Du point de vue conjoncturel, les entreprises ont-elles repris leur dynamique d’investissement après plusieurs années difficiles ?

Le marché est surtout dynamique en ce qui concerne les opérations de refinancement. Et surtout sur les secteurs de la santé, du numérique ou encore des technologies. Si historiquement, nous avons plutôt un ADN proche des entreprises familiales et des grands groupes, très présents en Hauts-de-France, nous le sommes aussi avec les start-up. Rappelons aussi que nous sommes partenaire d’une PME sur trois.

Le groupe a initié un plan stratégique 2019-2023. Pouvez-vous nous en dire plus ?

En effet, 2019 a marqué l’an 1 de notre plan stratégique baptisé ensemble#nouveaumonde, qui nous guidera jusqu’en 2023, autour de trois piliers : être une banque de référence sur la relation client, être une banque innovante et multiservices et, enfin, être une banque engagée dans un nouveau monde. Cela passe par exemple par des engagements environnementaux et sociétaux puisque nous avons l’ambition de réduire de 30% l’empreinte carbone du groupe. Notre engagement RSE se poursuit également, avec le mécénat (Opéra de Lille, ONL, musée La Piscine de Roubaix, théâtre de Cambrai, de Compiègne…), des actions à destination du monde de la formation (Fondation de Lille, Ecole de la 2e chance, Entreprendre pour apprendre), mais aussi créatrices de lien social (Audomarose, La Cravate solidaire, la Banque alimentaire…).

L’agence Euraflandres, entièrement rénovée, sur le principe de l’agence bancaire ouverte et collaborative.

 


Quelques chiffres sur le CIC Nord-Ouest (au 31 décembre 2019)

• 276 agences, 2 350 collaborateurs

• Plus de 845 000 clients (700 000 particuliers, 121 000 professionnels, 24 000 entreprises)

• 21,8 milliards d’euros d’encours de crédits

• 19,1 milliards d’euros de dépôts