Réinventer sa vieavec le Comptoir d’Eloïse

Réinventer sa vieavec le Comptoir d’Eloïse

Une de plus… La Calaisienne Anne- Sophie Morillon répond à un profil qui tend à se multiplier. Elle est une femme qui a accédé à des fonctions de cadre dans une grande structure. Au virage de la quarantaine, elle délaisse statut social, salaire confortable, etc. pour se lancer dans une activité en solo qui assouvit une passion personnelle jusque-là discrète. Pour Mme Morillon, ce sont les loisirs créatifs. Débuts d’une boutique atypique.

Mesdames, que diriez-vous d’une“Taille de guêpe” ?

Mesdames, que diriez-vous d’une“Taille de guêpe” ?

Vous pensez que le corset, c’est dépassé depuis longtemps ? Erreur ! Certes, cet accessoire n’est plus en vogue comme voici un siècle. Mais de plus en plus de jeunes femmes y reviennent. Témoin la Calaisienne Coralie Delefortrie qui, suite à un accident, voit se dégager, par la force des choses, du temps pour approfondir sa passion pour ces beaux dessous. Elle réussit, après tant d’autres, à transformer cette passion en profession. Rencontre.

La “deuxième chance”de jeunes Audomarois

La “deuxième chance”de jeunes Audomarois

Le thème choisi était la mobilité. Sans doute n’était-ce pas là l’essentiel. L’essentiel, en cette matinée de fin octobre, résidait dans la confrontation entre des cadres calaisiens, membres de l’association Cadres Côte d’Opale et de jeunes Audomarois, stagiaires à l’Ecole de la deuxième chance. Où les cadres mettaient leur expérience au service de leurs interlocuteurs qui découvraient d’autres horizons. Explications.

Frédérique Lemattre trouve sonbonheur à équiper les petits

Frédérique Lemattre trouve sonbonheur à équiper les petits

En début d’année dernière encore, et depuis 15 ans, Frédérique Lemattre était cadre dans le milieu médico-social. “Et puis, la crise de la quarantaine est venue !” s’exclame-t-elle dans un grand éclat de rire. C’est cependant sérieux : avec la complicité de son mari, elle change tout dans sa vie. Elle quitte son travail et se prépare à déménager. Son projet : créer une boutique de déco dédiée aux enfants, de la naissance à 12 ans. “Parce que j’aime la déco et que j’en avais l’idée depuis longtemps” expliquet- elle. Ainsi repère-t-elle une maison sur la très commerçante avenue de Calais à Marck. Une maison qui possède en appendice un bâtiment qui est idéal pour accueillir la boutique. Une formule qui lui permet “d’allier vie privée et vie professionnelle”.