Assemblée générale de l'UMIH

Tous des ambassadeurs du territoire

L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) du Pas-de-Calais a tenu son assemblée générale. Y furent abordées les problématiques auxquelles sont confrontés les professionnels de la filière. Le message de l’UMIH est qu’il faut se développer, se former et satisfaire des clients de plus en plus exigeants.

867
ACT'Presse
Différents sujets d’actualité ont été abordés lors de l’assemblée générale de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie du Pas-de-Calais. Le cas Air BnB, celui des problèmes avec le RSI ou encore la formation professionnelle des restaurateurs.
ACT'Presse
Différents sujets d’actualité ont été abordés lors de l’assemblée générale de l’UMIH du Pas-de-Calais, notamment le cas Air BnB, les problèmes avec le RSI ou encore la formation professionnelle des restaurateurs.

L’UMIH du Pas-de-Calais représente les forces vives du département dans les domaines de l’hôtellerie et de la restauration. Forte de 950 adhérents, l’association est répartie sur sept grands secteurs (Arras, Béthune, Lens, Saint-Omer, Le Touquet, Berck, Boulogne). Les professionnels de l’hôtellerie-restauration sont des acteurs de terrain. « Notre profession représente 7% du PIB, des emplois non délocalisables, une filière et des activités en constante évolution« , a résumé Régis Florin, président départemental.
Face à des problématiques communes à l’ensemble des professionnels de la filière, il est nécessaire à celle-ci de s’organiser. L’Union départementale a ainsi opéré des rapprochements avec la gendarmerie, le SDIS, la DDPP (direction départementale de protection des populations), la Chambre de commerce, les institutions scolaires. « Nous sommes actuellement en discussion avec le tribunal de commerce et les élus des communes.« 
Air BnB, RSI, vente d’alcool dans les stations-services, tous ces sujets ont été évoqués lors de l’assemblée générale. Des réponses concrètes ont été apportées aux adhérents qui peuvent toujours, en cas de questionnement, se rapprocher de leurs interlocuteurs de terrain.
L’AG a aussi donné l’occasion à Régis Florin et son équipe de présenter la nouvelle mouture du site internet qui sera mise en ligne dans les semaines à venir. «Il s’agit d’un outil mieux adapté aux besoins des adhérents, un relais d’information que nous voulons simple et rapide.»

ACT'Presse
L'assemblée générale de l'UMIH a rassemblé des adhérents, mais aussi des partenaires.

Des défis à relever. Aujourd’hui, plus que jamais les professionnels de la restauration-hôtellerie n’ont plus le droit à l’erreur. D’ailleurs, comme l’a rappelé très justement Régis Florin, « on ne s’improvise plus restaurateur« . L’UMIH représente des métiers où la professionnalisation est grandissante, « obligatoire même« .
A l’heure où des nouveaux labels fleurissent sur les cartes et menus des tables de France, ils sont un gage de qualité et de savoir-faire. « Décrié par beaucoup, je trouve que le label ‘fait maison’ est essentiel et oblige nos professionnels à toujours se renouveler.« 
Et Régis Florin d’embrayer sur l’Ecole des chefs qui a été inaugurée à l’issue de l’assemblée générale de l’UMIH. Il s’agit d’une structure privée de formation, ouverte à tous les professionnels de la restauration. « L’Ecole des chefs propose des formations pratiques et théoriques pour les futurs professionnels, mais aussi des professionnels de la restauration dans toutes les phases de leur carrière.« 
Enfin, alors que le département a une carte maîtresse à jouer dans le domaine du tourisme et celui de l’accueil des étrangers, le président de l’UMIH souhaite que tous deviennent des ambassadeurs, car « un client satisfait est la meilleure publicité que nous pouvons avoir. Il ne faut pas l’oublier« .
Le Nord-Pas-de-Calais s’est trouvé dans le tourisme un nouvel axe de développement économique. Louvre-Lens, tourisme de mémoire, de croisière, de l’art et du sport ou d’affaires, « notre profession se doit d’être actrice et animatrice« .
Les défis à relever par la filière sont de taille…