Escape game – jeu d'évasion

John Doe débarque à Lille

Après Get Out et Team Break, John Doe est le tout dernier escape game venu s’implanter à Lille. Ce nouveau concept de divertissement poursuit sa folle ascension dans la métropole lilloise. Agents secrets, à vous de jouer !

D.R.
John Doe occupe un espace de 450 m² dont 120 m² d'accueil – réservés notamment pour les entreprises, voir ci-dessous – au 8 rue des Jardins.

 

D.R.
John Doe occupe un espace de 450 m², dont 120 m² d'accueil – réservés notamment pour les entreprises – au 8 rue des Jardins.

 Enfermés dans la prison de Blue Castle ou encore dans la mine de Black Rock, les agents secrets lillois ont 60 minutes, pas une de plus, pour résoudre des énigmes et s’échapper : tel est le défi à relever dans ce nouvel antre de l’escape game. Situé rue des Jardins en centre-ville, John Doe – « Monsieur X » en français –, qui occupe un espace de 450 m², a ouvert ses portes le 17 novembre dernier. Trois jeunes entrepreneurs parisiens et diplômés d’école de commerce, Guillaume Groell, Nicolas Frayssinoux et Laurent Igolen, se sont lancés dans la création d’entreprise. Passionnés du concept – né au Japon puis largement diffusé en Europe de l’Est –, les fondateurs entendent « proposer une nouvelle façon de faire des loisirs, plus immersive, en propulsant les agents secrets dans un univers à la James Bond« , avance Guillaume, cofondateur de John Doe qui prévient : « esprit d’équipe, observation, fouille et ingéniosité » sont exigés.

 Entreprises mais aussi particuliers. L’équipe fondatrice s’est fixé un challenge, celui d' »attirer les entreprises nordistes« , la cible privilégiée, sans pour autant « délaisser les particuliers« . Pour ce faire, John Doe propose de nombreuses offres telles que la privatisation de l’espace – avec collation et buffet sur un espace d’accueil de 120 m²– , la location d’une salle de réunion, le tout complété d’un créneau de jeu pour les salariés. Depuis son ouverture, plusieurs entreprises à l’instar de Toyota se sont prêtées au jeu.

 Recrutement et nouvelles énigmes en vue. L’effectif, composé pour le moment de ses trois cofondateurs, est chargé de concevoir les énigmes, accueillir et interagir avec les agents secrets le temps de la mission. À terme, l’objectif est de recruter pour pouvoir mettre en place un maître du jeu pour chaque salle. « Le profil idéal serait un comédien« , indique l’un des fondateurs.

Dans les mois à venir, l’escape game ouvrira quatre salles supplémentaires, soit un total de six salles liées à quatre missions distinctes. Si les escape games continuent de se développer à grande vitesse sur l’Hexagone, ils rencontrent toutefois des obstacles. En effet, « une fois que les clients ont réalisé les missions, ils ne recommencent pas une deuxième fois et redemandent toujours de nouvelles énigmes« . D’où l’importance des salles de jeux à proximité. « Il y a une très bonne entente avec nos voisins, notamment Get Out qui nous envoie des clients souhaitant résoudre d’autres énigmes. Nous ferons de même« , explique Guillaume Groell qui juge cette concurrence profitable à condition que « tous les acteurs fassent du travail de qualité afin de donner une image positive de l’escape game« . À peine un mois d’activité et déjà de nouvelles énigmes en tête. Une chose est sûre : l’équipe de John Doe ne manque pas de créativité…

 Note : Ouvert tous les jours de 10h à 23h, sauf le lundi.