Hauts-de-France innovation développement

Une nouvelle agence au service des entreprises innovantes

Le nouveau centre de l’innovation aux services des entreprises est né en région, résultant de la fusion de l’ARI Picardie et de NFID. Il a été inaugurée au siège des Hauts-de-France le 4 juin, devant près de 300 personnes.

Karine Charbonnier a cité les cinq écosystèmes sur lesquels travailleront les équipes de l'agence.

Hauts-de-France innovation développement a pour principale mission de développer l’entrepreneuriat, d’accompagner les start-up et les entreprises dans leurs projets d’innovation et de performance industrielle, en étroite collaboration avec l’ensemble des acteurs tels que les pôles de compétitivité, les universités, les parcs d’innovation, les centres techniques ou encore les organismes de financement et de protection de l’innovation. «La dynamique partenariale est absolument essentielle pour bien structurer sa démarche d’innovation», a souligné le nouveau président Alain Storck, ancien président de l’Université de technologie de Compiègne et ancien directeur général de l’INSA Lyon entre 2001 et 2011. Il a notamment cité l’offre de services de l’agence, en appui des politiques de développement et d’innovation de la Région Hauts-de-France tels que le fonds régional d’incubation, le fonds diagnostic innovation et le fond industrie du futur. Le conseil régional Hauts-de-France a confié à HDFID le pilotage et la mise en œuvre du Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII).

300 000 entreprises ciblées

Financée à hauteur de 4,3 M€, dont 2,29 M€ par la Région, 1,68 par les fonds Feder, 0,34 par Interreg et 0,015 par les entreprises, la nouvelle agence cible les 300 000 entreprises de la région, dont 80% d’entre elles sont des TPE-TPI. «La Région s’est dotée d’un schéma coconstruit avec les acteurs du territoire. Il nous faut aujourd’hui renforcer les liens entre le monde académique, la recherche et les entreprises. Il fallait un outil opérationnel pour mettre en œuvre toutes ces actions. Un outil qui nous permettra d’obtenir la mobilisation des fonds européens, qui sera un levier dans la sphère publique», a expliqué Nicolas Lebas, vice-président en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche, de l’Europe et de la planification territoriale. La vice-présidente en charge de la formation et des relations avec les entreprises et les entrepreneurs, Karine Charbonnier, a cité les cinq écosystèmes – l’industrie du futur, la silver économie, les métiers de la logistique et du commerce, les industries créatives et les services aux entreprises – dans lesquels les cinq équipes de l’agence, qui compte 36 personnes, s’investiront.

Cette nouvelle agence, essentiellement tournée vers les entreprises, vise aussi à intervenir dans le cadre du développement. Elle intervient aux côtés des entrepreneurs sur la performance industrielle, les nouvelles technologies, l’optimisation des savoir-faire et l’appui à la stratégie. Elle favorise également la participation aux projets européens de recherche et d’innovation, l’émergence de projets innovants, l’open innovation à l’échelle régionale par l’animation de communautés aux publics variés.