«Aér’Hauts-de-France»

La filière aéronautique décolle

L’aéronautique en Hauts-de-France a dévoilé de nouveaux atouts lors du 53e salon international du Bourget. Infrastructures en pleine mutation, lancement de la marque «Aér’Hauts-de-France», les entreprises aéronautiques de la région poursuivent leur décollage.

270

La visite de Xavier Bertrand le 17 juin au 53e salon du Bourget aura permis de mettre en lumière le potentiel de la filière aéronautique des Hauts-de-France : déjà 8 500 emplois pour 130 industriels et avionneurs, une cinquantaine d’entreprises de service et une vingtaine d’organismes de recherche, innovation et formation… Le président de Région a d’abord fait une longue étape au pavillon des Hauts-de-France et rencontré ses exposants. L’occasion pour Xavier Bertrand de rappeler ses attentes en matière d’emploi : «Ce sont les entrepreneurs qui créent l’emploi et aucun pays n’a jamais réussi en faisant une croix sur son industrie ! La Région donne de sérieux coups de main aux entreprises. On essaie d’être rapide, réceptif et réactif grâce à la simplification et à la création d’un guichet unique à la Région

Xavier Bertrand, président de Région, et Eric Trappier, PDG de Dassault aviation et président du GIFAS ont signé un partenariat pour l’accompagnement de 10 PME des Hauts-de-France.

Des partenariats avec les majors

Côté relooking, la nouvelle marque «Aér’Hauts-de-France» a été dévoilée au Bourget. Pour Erick Maillet président de l’UIMM Picardie, «Aér’Hauts-de-France» est «à la fois une marque et un programme d’action concret pour la filière de la région, mais pas seulement. Une réunion est prévue avec Skywin et 150 entreprises de la filiale aéronautique de Wallonie, le 3 octobre à Jeumont. Le programme est soutenu par le GIFAS et la Région. Un autre dossier essentiel concerne le recrutement. La marque est un vecteur qui va donner une image plus positive à la filière auprès des jeunes. Trop imprégnée de son passé industriel, elle connaît pour cela des problèmes de recrutement et de formation». La filière regroupe non seulement des entreprises historiques comme Stelia, mais aussi tout un écosystème, de la logistique, au numérique, de la TPE aux majors du secteur que sont Dassault, Safran ou Airbus. Ainsi, c’est sur le stand de Dassault aviation qu’a été signé par Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France, et Eric Trappier, PDG de Dassault aviation et président du GIFAS (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales), un accord de partenariat pour l’accompagnement de 10 PME des Hauts-de-France dans la cybersécurité et l’industrie du futur.

Quand la logistique s’allie à l’aéronautique

Un accord de partenariat a aussi été signé, liant la Région et AirBus autour de la livraison par drone dans les Hauts-de-France, par Xavier Bertrand, Antoine Bouvier, directeur de la stratégie chez Airbus, Alain Storck, président de l’agence Hauts-de-France innovation développement, Jana Rosenmann, directrice de la division drones chez Airbus, David Taieb, président du projet «e-Valley» et Nicolas Askamp, président de Survey Copter. C’est une nouvelle orientation pour AirBus, la position géographique du projet étant stratégique. Airbus possède tous les savoir-faire nécessaires pour réussir en termes de certification, petits drones, sécurité, survol en ville et cyberprotection. Il s’agira donc aussi de rattraper les avancées qui ont déjà été faites en logistique et en retail dans d’autres pays concernant la livraison par drone… Les Hauts-de-France voient ainsi se développer nombre de nouveaux projets, notamment dans le Valenciennois (avec l’implantation de l’entreprise Rafaut, l’agrandissement de l’usine de fabrication de roulements SKF, l’arrivée de start-up au technopôle de Transalley…). Une nouvelle dynamique de développement est désormais en marche autour de la marque «Aér’Hauts-de-France».

Le 53e Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace s’est déroulé du 17 au 23 juin au parc des expositions du Bourget à Paris.

Quoi de neuf pour la région ?

La Région aide les entreprises en particulier pour l’innovation, la présence aux salons et la rencontre des délégations étrangères. Le Bourget est ainsi une vitrine pour tout ce qui se passe dans la région. L’Aéropôle de Picardie va accélérer son développement. Le site sur lequel sont déjà fabriquées toutes les pointes avant de la famille Airbus, et où sont déjà implantés Stelia, le cluster Altytud (58 adhérents) et les équipes R&D d’Industrie lab, ouvre cette année un incubateur d’entreprises sur 1 500 m². Un concours d’innovation destiné aux étudiants, créateurs, porteurs de projet vient d’être lancé sous la houlette de Camille Giroud, d’Interfaces. (Interfaces-fr.com). Musthane a signé le mois dernier un contrat avec l’ONU. L’entreprise située à Willems, spécialisée dans les polymères, les coussins d’élevage d’avion et les pistes d’atterrissage mobiles à dérouler, vient de signer un beau contrat avec l’ONU pour 100 «hélipads», ces pistes d’atterrissage pour hélicoptères. Ce qui, selon Reza Rosier, son directeur général, qui a négocié le contrat à New York, représente un gros marché et une belle visibilité. Umann, basée à Neuville en Ferrain (Nord), Paris et au Québec, équipe quant à elle les aéroports du monde entier. Cette société, peu connue en France, réalise 80% de son chiffre à l’export et a déjà créé 20 emplois. Spécialisée dans les systèmes d’information passagers, elle a équipé tous les aéroports du Maroc, l’aéroport d’Alger, et est en train d’installer la signalétique du métro de Caracas et de New Delhi. AQLE, situé à Saint-Just-en-Chaussée dans l’Oise, a créé une œuvre collective. Imaginée par Eve Gaillard, une artiste picarde, la Méduse est une œuvre qui a rassemblé tous les collaborateurs de l’entreprise. Véritable label, elle symbolise tout le savoir-faire de l’entreprise : mécanique, data, électronique, métallurgie, plasturgie, robotique, de l’étude à la conception.

Agnès Guillaumin pour CAPresse