Entreprise de confection Courcelle à Caullery (Cambrésis)

Les gigoteuses, ce n’est pas que pour les enfants !

Il y a 30 ans, leur petite entreprise avait commencé avec des articles de puériculture. Aujourd’hui, elle confectionne à 80% pour des personnes âgées, handicapées et… des adultes amateurs.

167
Maryline et Philippe Courcelle dans leur local de Caullery, loué près de chez eux. Ils y disposent d’un petit atelier et d’un bureau.
L’atelier de Philippe et de Maryline Courcelle se situe à Caullery, au sud de Caudry. Discret et de petite taille, cet atelier pratique la confection traditionnelle et s’appuie sur un site internet (www.ptitfilou.com). Au départ, Philippe Courcelle, CAP d’ébéniste en poche, avait travaillé comme salarié dans l’agencement de magasins. Il voulait s’engager chez les sapeurs-pompiers de Paris «pour être dans l’action», mais son projet a été contrarié par une blessure. Son épouse Maryline, avait, quant à elle, un BEP de vente et de retouches dans la confection et pratiquait son métier à domicile.

Entreprise individuelle

Pourquoi créer ? Philippe Courcelle explique : «Un des patrons de mon épouse m’a proposé de travailler sur la surjeteuse que nous avions. À deux, on a ainsi pu réaliser des articles de A à Z.» Par la suite, avec ce nouveau métier, il a trouvé du travail dans une usine de confection implantée à Caudry et à Paris, spécialisée dans les porte-bébés et les articles de puériculture. «J’ai appris la découpe des tissus, créé des modèles, au point de devenir le créateur attitré de l’entreprise. Mes études d’ébéniste et ma capacité à dessiner m’ont été très utiles.» Malheureusement, il a dû claquer la porte de l’entreprise lorsqu’il a découvert qu’une styliste parisienne, s’était attribué sans vergogne les modèles qu’il avait conçus, lançant même une collection parrainée par une chanteuse de l’époque… «Quand je l’ai fait remarquer, on m’a ri au nez. Je suis parti.»

Le couple, avec ses machines, son savoir-faire, sa créativité, et pas de gros besoins en locaux, a ainsi franchi le pas de l’entrepreneuriat. Il crée en 1989 l’entreprise Courcelle, spécialisée dans les gigoteuses, turbulettes, tours de lit, couettes…

Vers le monde de la santé

En 30 ans, l’entreprise a connu pas mal de péripéties de tous ordres, mais le couple a fait preuve de beaucoup de pugnacité. Philippe Courcelle est intarissable sur le sujet… Aujourd’hui, l’entreprise s’est orientée en grande partie vers des modèles de gigoteuses pour adultes. Tout est parti d’une blague qui leur a permis ce sacré rebond.

En guise d’enseigne, sur les marchés et sur Internet, le couple avait réalisé une gigoteuse géante. «Grâce à elle et aux contacts qu’elle a déclenchés, j’ai découvert qu’il existait des clubs d’adultes jouant aux bébés ! Mais surtout, j’ai noué des liens avec des hôpitaux et professionnels de santé s’occupant de personnes handicapées adultes ou de personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. Ils recherchaient des modèles capables de répondre de façon efficace et simple à diverses pathologies…»

Aujourd’hui, l’entreprise Courcelle réalise 80% de son chiffre d’affaires dans ce domaine et compte des clients en France, Belgique, Allemagne, Suisse, aux Etats-Unis. Les 20% restants concernent les particuliers dans le secteur de la puériculture, enfants et ados.