Spécial Histoire

Histoire de Rome et des Romains Capitale flamboyante durant la période baroque, Rome fut aux XVIIIème et XIXème siècles un laboratoire politique, social et urbain sans équivalent. Théâtre d’une confrontation violente entre la tradition romaine et la modernité, la ville aux sept collines fut aux prises avec les transformations napoléoniennes qui firent de l’Urbs la […]

344

Histoire de Rome et des Romains

Capitale flamboyante durant la période baroque, Rome fut aux XVIIIème et XIXème siècles un laboratoire politique, social et urbain sans équivalent. Théâtre d’une confrontation violente entre la tradition romaine et la modernité, la ville aux sept collines fut aux prises avec les transformations napoléoniennes qui firent de l’Urbs la seconde ville de l’Empire, avant de devenir en 1871 la capitale du jeune État italien enfin unifié. Puis d’être marquée par le fascisme avec un projet urbanistique imposant, avant de devenir la ville de la dolce vita, mais aussi du tourisme de masse. Aujourd’hui, Rome occupe une place indiscutée dans l’imaginaire collectif et demeure un acteur majeur de la vie culturelle et religieuse. Dans ce passionnant ouvrage, l’auteur analyse les aspects politiques, sociaux et culturels de la Rome contemporaine, en s’attachant à la dimension urbaine et architecturale de cette ville unique.

Histoire de Rome et des Romains. De Napoléon Ier à nos jours de Catherine Brice  (Editions Perrin).

 

Le grand Colbert

Considéré naguère comme l’une des figures mythiques du «roman national», Jean-Baptiste Colbert est aujourd’hui remis en cause, comme le sont la plupart des «grands hommes» de l’histoire de France. On s’interroge sur les ressorts de son ascension, on s’inquiète de l’origine douteuse de sa fortune, on conteste la pertinence de ses réformes, on souligne son penchant pour l’autopromotion. A la lumière de nouvelles sources, les auteurs de ce remarquable ouvrage dressent un bilan d’ensemble de l’action de Colbert pendant les deux décennies où il fut le ministre de Louis XIV et suivent, sur près de quatre siècles, les avatars du «mythe Colbert». En outre, le portrait de famille éclaire la personnalité de l’homme, dont la psychologie est à son tour révélatrice de l’imaginaire des élites françaises. Replacée dans le continuum de l’histoire de France, son œuvre se révèle complexe, foisonnante, pas toujours couronnée de succès sur le court terme, mais indiscutablement féconde avec le temps.

Le grand Colbert de Mathieu Stoll et Thierry Sarmant (Editions Tallandier).

 

La fortune des Médicis

Le siècle dit «des Médicis» passe pour un moment d’exception, un modèle d’équilibre politique comme de perfection esthétique. Au XVème siècle affluent effectivement à Florence, en ce brillant Quattrocento, artistes, architectes, érudits et philosophes qui en font le phare de la Renaissance italienne. Mais rien n’aurait été possible sans la toile économique patiemment tissée durant des dizaines d’années par les fondateurs méconnus de la dynastie des Médicis, des banquiers qui, en dépit des graves soubresauts qui agitèrent l’histoire de la ville, montèrent un réseau de succursales qui firent la fortune de la famille. L’auteur montre ainsi comment les Médicis, appuyés sur cette solide infrastructure, réussirent à s’emparer, sous Cosme (1434-1464) puis Laurent «le Magnifique» (1469-1492), de la réalité du pouvoir politique dans cette «république» aux rouages complexes. Cela avant que le système montre ses limites et qu’en sollicitant à l’excès les ressources de la banque familiale, Laurent et ses successeurs ne le conduisent à l’échec final, la faillite de 1494. L’ascension, l’apogée et la chute d’une fascinante famille, racontée avec virtuosité par l’historien des Borgia.

La fortune des Médicis. Le siècle d’or de Florence de Jean-Yves Boriaud (Editions Perrin).