À Saint-Omer, les commerçants du centre-ville mis à l’honneur

Consulaires et territoriaux priment la rénovation commerciale

La CCI Grand Lille et les communautés de communes de l’Audomarois ont salué, le 10 février dernier, l’action de commerçants, tant pour la qualité de leur offre que pour leur contribution au rayonnement touristique.

« Les Lauréats des label Commerces de l’audomarois ». Crédit MR Aletheia Press

Adossé à une charte d’urbanisme commercial (longuement débattue) qui soutient les travaux d’extérieur et finance partiellement un audit de qualité, le territoire de l’Audomarois a récompensé des commerçants «reconnus pour la qualité de leur accueil client par nos visiteurs mystères», résume Marc Ducrocq, conseiller technique à la CCI Grand Lille qui accompagne les candidats à l’amélioration de leur activité.

Pour ce faire, un diagnostic est proposé : il comprend un état des lieux visuel, des mesures et une série de préconisations ; 20% de ce diagnostic est à la charge du commerçant. Le candidat devient ensuite éligible à un cofinancement pour des travaux jugés pertinents. La communauté d’agglomération de Saint-Omer prend en charge 20% du coût ; cette aide peut être doublée grâce à l’apport des mairies d’Arques et de Saint-Omer selon la localisation du commerce.

Une démarche publique-privé dans le financement des travaux

La gamme des travaux est large – vitrine commerciale, menuiseries, enseigne, éclairage, accès… –, l’ensemble devant rester dans une enveloppe globale de 4 000 euros. En 2019, dix commerçants ont pu bénéficier de ce dispositif, dont sept à Saint-Omer et trois à Aire-sur-la-Lys. Parmi les lauréats, Mme Lemblé, gérante de La Bonne Pioche (jeux de société), soutenue dans ses travaux de rénovation. «Ces labels visent à récompenser les artisans et les commerçants qui ont fait l’effort de mettre en place des services auprès de leurs clients, comme l’accessibilité», précise Marc Ducrocq. La CAPSO y consacre des subsides via le fonds intercommunal de développement commercial qui compte 500 000 euros par an. «Nous finançons également des animations, la communication et toute action visant à rendre attractif le territoire, y compris par des aides directement aux communes», détaille Marie-Paule Deblock, chargée de mission commerce à l’Agglomération.