Reprise de l'activité malgré la pandémie

La Fabrique des pieds à nouveau en marche

Après deux semaines d’arrêt pour suivre les recommandations de confinement données par le Gouvernement en raison du Covid-19, la start-up lilloise a décidé de reprendre son activité en suivant des règles de sécurité très strictes.

«A l’annonce du confinement le mardi 17 mars, nous avions décidé d’arrêter la production par solidarité avec la prise de décision de l’Etat», se souvient Florent Demars. En 2015, il a fondé La Fabrique des pieds, une start-up en pleine expansion qui connaît un réel succès depuis 2017. Dans un atelier implanté dans les Weppes, le «poumon vert de la métropole lilloise», neuf salariés fabriquent, sur mesure, des pieds de meubles en acier. En temps normal, entre 500 et 1 000 pieds sont produits chaque semaine. Mais pendant la deuxième quinzaine de mars, toute l’activité a été stoppée. «Seuls les services après-vente et communication étaient fonctionnels, car c’était réalisable en télétravail», continue le fondateur.

«Mais, au fil du temps, le Gouvernement a changé d’avis et a incité les entreprises qui le pouvaient à continuer leur activité si les salariés étaient assez protégés. Alors nous avons décidé de reprendre le 30 mars.» Une reprise qui, Florent Demars l’avoue, n’aurait pas été possible sans l’implication de ses partenaires. La Fabrique des pieds se fournit en acier et en carton dans la région. «Nous avions également fermé notre atelier parce que nos fournisseurs avaient annoncé leur arrêt. Au final, eux aussi ont recommencé à travailler.»

Les commandes n’arrêtent pas

70% de la clientèle de la fabrique sont des adeptes de déco et du Do it Yourself.

Quelque 400 pieds attendaient d’être réalisés pendant cette pause : des restes de commandes passées avant l’annonce du confinement, mais aussi pendant les deux dernières semaines de mars. «Nous avons l’avantage d’avoir une clientèle composée à 70% de particuliers. Les professionnels, comme les cuisinistes, ne travaillent plus pour la plupart et ne passent donc plus commande. Mais nous avons sur les réseaux sociaux une communauté qui nous motive à continuer notre production», remercie au passage Florent Demars. Le compte Instagram de la Fabrique des pieds compte plus de 47 600 abonnés. Chaque jour, la start-up poste les réalisations de clients dont le hobby est de créer leurs propres tables, pour ensuite en inspirer d’autres.

«Nous voyions aussi que les market places étrangères continuaient de vendre, et pour soutenir le Made in France, nous ne voulions pas leur laisser tout le marché», avoue le fondateur. Chronopost continue d’assurer les livraisons chez les clients. Ils viennent de toute la France, mais aussi de pays frontaliers tels que la Belgique, la Suisse, l’Allemagne, et parfois même la Grande-Bretagne. «Par contre, nous savons que certains points relais sont fermés. Donc nous appelons les clients concernés pour trouver une solution.»

Une réorganisation de l’atelier

Recommencer à produire, oui mais avec toutes les précautions possibles pour éviter la propagation du Covid-19. Aucune visite du showroom n’est par exemple autorisée malgré la réouverture de l’atelier. «Bien sûr, j’ai rappelé aux salariés les règles élémentaires, comme se laver les mains régulièrement. Mais le plus important est de tenir ses distances les uns avec les autres. Ainsi chaque salarié reste seul à son poste de travail, alors qu’avant ils travaillaient souvent en binôme pour la peinture ou la métallerie», indique le fondateur. Florent Demars ne peut pas encore évaluer si cette manière de fonctionner s’apparentera à une perte de temps. «Mais je pense que ce changement n’est que temporaire. Je n’aime pas cet aspect de travail à la chaîne. Nous restons une petite équipe soudée et connectée», conclut-il.