Pour venir en aide aux hôpitaux

Machines-3D innove pour pallier le manque de respirateurs

Le fabricant d’imprimantes 3D Machines-3D a créé une solution capable de brancher deux patients gravement atteints du Covid-19 sur un même respirateur. Antoine Motte, fondateur de l’entreprise, met le fichier original à disposition d’autres professionnels de l’imprimerie pour que ces «diviseurs de flux» soient envoyés à un maximum d’hôpitaux.

Si, pendant la crise sanitaire, la Serre numérique de Valenciennes reste fermée au public, les entreprises qu’elle héberge, elles, continuent de travailler. C’est le cas de Machines-3D. Depuis plus de cinq ans, la société vend et développe des imprimantes et des scanners 3D.

Mais les commandes qu’elle reçoit ces derniers jours diffèrent de son activité habituelle. Antoine Motte, son fondateur, a été démarché par les médecins de l’hôpital d’Ath, en Belgique, pour imprimer des diviseurs de flux pour respirateurs. Ce tube en forme de Y, inspiré de techniques déjà utilisées dans d’autres pays – notamment au Canada – permet de brancher deux patients sur un même respirateur. De quoi doubler les capacités de traitement dans les hôpitaux où les places en réanimation se font rares.

«Ca reste une solution de dernier recours, une solution de guerre, précise Antoine Motte, le ton grave. Brancher deux personnes sur un même respirateur n’est pas sans risque : les données médicales ne remontent pas dans les machines comme d’habitude. Les patients doivent donc être deux fois plus surveillés par le personnel soignant.»

Appel à la solidarité

Deux Y sont nécessaires à l’équipement d’un unique respirateur.

Le premier prototype a été testé la semaine dernière. Depuis, les demandes provenant d’hôpitaux aux alentours s’accumulent. «Nous avons donnés 12 ‘Y’ à l’hôpital d’Ath, ce qui permet d’équiper 6 respirateurs, soit l’intégralité des machines de la structure. Mais cela reste de la prévention, pour l’instant ils ne sont pas encore utilisés», informe le fondateur. Les hôpitaux de Charleroi, Mons, mais aussi de Maubeuge, en réclament également.

Cependant, Antoine Motte rappelle que l’impression n’est pas son cœur de métier. Machines-3D dispose de deux imprimantes qu’il utilise pour fabriquer ces diviseurs de flux par solidarité. Imprimer un seul Y mobilise une machine pendant 2 heures. Il invite alors les autres possesseurs d’imprimantes 3D, ses propres clients, à se joindre à l’effort afin de venir en aide à un maximum d’hôpitaux. Pour ce faire, le fichier d’impression est disponible sur Internet à cette adresse : https://www.thingiverse.com/thing:4244632