Bilan du numéro vert «Solidarité entreprises Covid»

Mis en place par les administrateurs et mandataires judiciaires, le numéro vert «Solidarité entreprises Covid», actif du 23 mars au 7 mai, a permis à 3 000 entreprises – dont 2 000 TPE – de trouver une réponse à leurs interrogations pour bénéficier des aides mises en place par le Gouvernement. 25% des appels ont […]

Christophe Basse, Président du Conseil National des Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires.

Mis en place par les administrateurs et mandataires judiciaires, le numéro vert «Solidarité entreprises Covid», actif du 23 mars au 7 mai, a permis à 3 000 entreprises – dont 2 000 TPE – de trouver une réponse à leurs interrogations pour bénéficier des aides mises en place par le Gouvernement.
25% des appels ont concerné le secteur de l’hôtellerie-restauration et 15%, le commerce de détail. La répartition géographique des appelants fut assez diversifiée tout au long de l’opération, reflétant la taille respective des différents bassins d’activité et d’emploi. Dans un premier temps, l’indemnisation du chômage partiel a fait partie des questions les plus fréquemment posées, avant de céder le pas devant les questions relatives aux problématiques de financement et de trésorerie (plus de 50% des questions posées), au premier rang desquelles l’aide défiscalisée de 1 500€ du Fonds de solidarité, qui représente près de 25% de l’ensemble des questions posées par les appelants.
A l’issue de cette opération qui a mobilisé plus de 150 administrateurs et mandataires judiciaires, Christophe Basse, président du Conseil national, a rappelé que le «droit français est le plus protecteur au monde pour la sauvegarde des entreprises et des emplois en cas de difficultés. Il y a les outils juridiques de prévention confidentiels et gérés à huis clos comme la conciliation et le mandat ad hoc. Il y a également les procédures collectives comme la sauvegarde ou le redressement judiciaire, qui permettent à l’entreprise de se mettre sous la protection du juge et de bénéficier du service des administrateurs judiciaires ou mandataires judiciaires pour renégocier ou geler ses créances. Notre profession, spécialiste de ces procédures, se tient prête partout en France pour renseigner les chefs d’entreprise et établir un diagnostic rapide à toute étape des difficultés».