De l’autre côté de la frontière

Solvay réduit ses effectifs et ferme deux usines L’enseigne belge Solvay compte supprimer 570 emplois à l’échelle mondiale dans le cadre d’un plan de réorganisation de son pôle « composite materials ». Deux sites industriels vont fermer leurs portes aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Leur activité sera transférée vers d’autres installations de premier ordre dont les capacités […]

L'usine chimique Solvay à Viveda au nord de l'Espagne. © Francois

Solvay réduit ses effectifs et ferme deux usines

L’enseigne belge Solvay compte supprimer 570 emplois à l’échelle mondiale dans le cadre d’un plan de réorganisation de son pôle « composite materials ». Deux sites industriels vont fermer leurs portes aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Leur activité sera transférée vers d’autres installations de premier ordre dont les capacités ont été augmentées et l’efficacité améliorée. Selon le chimiste, cette décision a été prise en vue de réduire les coûts et améliorer la productivité dans un contexte de baisse d’activité due à la crise. Celle-ci a provoqué une réduction significative de la demande d’avions civils à court terme. La suppression de postes représentera 20% des effectifs de la division «matériaux composites». Des économies annuelles d’environ 30 millions d’euros devraient être réalisées grâce à ce plan de restructuration qui sera mis en œuvre avant la fin de l’année.

Un dispositif d’aide destiné aux PME de moins de 10 personnes

Le gouvernement wallon a annoncé la mise en place d’un nouveau programme d’accompagnement économique et financier. Ce dernier s’adresse aux entreprises de moins de 10 personnes traversant une période difficile due à la crise du Covid-19. Le dispositif « Ré-Action » comprend deux étapes. Il est constitué d’une phase d’accompagnement permettant de placer l’activité de l’entreprise sous monitoring afin de définir les symptômes et les causes des difficultés. Ensuite, la phase d’intervention financière pourra prendre trois formes selon la situation de chaque structure. Pour être éligible à cette mesure, la petite entreprise doit disposer d’un ancrage local fort en termes d’activité et d’emplois, et être capable de le justifier.

Une solution innovante pour contenir la propagation du virus

Afin de garantir le respect de la distanciation sociale, l’entreprise liégeoise BEA a développé un capteur de comptage de personnes qui entrent et sortent d’un bâtiment, basé sur la technologie laser. Ce dispositif est conçu spécialement pour les lieux accueillant du public, notamment les supermarchés et les centres commerciaux. Baptisé LZR-SIGMA, l’outil compte le nombre des personnes qui quittent le magasin et indique au client suivant s’il peut entrer ou non. Il garantit un taux élevé de fiabilité et est même capable de faire la différence entre les enfants et les adultes. Rappelons que BEA est spécialisée dans la conception de capteurs d’ouverture et de sécurisation pour portes automatiques. Elle a équipé sept magasins de plusieurs chaînes de supermarchés en région liégeoise avec ce système innovant.

Une indemnité wallonne de 2 500 euros pour réduction d’activité 

Une indemnité de 2 500 euros a été créée en faveur des indépendants et des entreprises de Wallonie ayant connu une diminution substantielle de leurs activités à cause de l’épidémie, sans pour autant être contraints de fermer. Le ministre wallon de l’Economie, Willy Borsus, a annoncé qu’elle pourra être demandée à compter du 1er juin 2020. Pour en bénéficier, les structures doivent remplir certaines conditions, notamment avoir leur siège d’exploitation en Wallonie et avoir placé la majorité du personnel en chômage temporaire pour cas de force majeure. En ce qui concerne les indépendants, ils doivent avoir disposé du « droit passerelle complet » en mars et avril. Le cabinet du ministre wallon de l’Economie a également rappelé la mise en place du prêt «Ricochet» de 45 000 euros, à un taux très favorable. Celui-ci est dédié aux entreprises et indépendants ayant besoin de trésorerie pour surmonter les difficultés liées à la crise.

Baisse du chiffre d’affaires des entreprises : autour des 30%

En dépit de la réouverture des magasins non alimentaires, la baisse du chiffre d’affaires des entreprises se maintient toujours autour de 30% par rapport au niveau d’avant la crise. C’est ce qui ressort d’un rapport publié par l’Economic Risk Management. Il a également indiqué que malgré la reprise à grande échelle, l’économie nationale tourne toujours à très faible régime. En ce qui concerne les secteurs de l’horeca et des arts, spectacles et activités récréatives, la situation reste inquiétante car identique à ce qui avait été enregistré avant la levée du confinement. Les entreprises de ce secteur font face à un risque de faillite élevé et en augmentation en comparaison avec les semaines précédentes.