Opération "Rêves de visites" par Entreprise et Découverte

Le « tourisme de savoir-faire », la bonne idée estivale

L’association Entreprise et Découverte fait découvrir au grand public les savoir-faire dans toute la France. Cet été, elle lance l’opération «Rêves de visite» pour inciter les touristes à franchir la porte des entreprises, voir ce qui s’y passe et éveiller des vocations.

Les fonderies de Sougland travaillent à l'ouverture prochaine d'un musée tant l'histoire de l'entreprise est importante.

Peu y pensent pour occuper leurs vacances. En période de pandémie, c’est pourtant l’alternative idéale. Le tourisme culturel ne se résume pas qu’aux musées : il y a aussi le tourisme d’entreprise. Depuis 2012, l’association Entreprise et Découverte s’est spécialisée dans la promotion du « tourisme de savoir-faire ». «C’est un tourisme à taille humaine, à l’inverse du tourisme de masse, qui permet de découvrir la France autrement et de soutenir l’économie locale», appuie Cécile Pierre, directrice déléguée de l’association.

Une histoire industrielle riche

Ces visites ont l’avantage de réveiller des vocations, d’inspirer des entreprises voisines ou encore de casser des idées reçues sur certains métiers. Autant de raisons d’être pour Entreprise et Découverte qui travaille avec différentes fédérations professionnelles et l’ensemble des ministères pour faire découvrir le monde du travail au grand public.

De la cosmétique à l’alimentaire, en passant par l’industrie et l’artisanat, il est possible de visiter des entreprises dans tous les domaines. Si, au niveau national, l’association regroupe quelque 2 000 entreprises à visiter en France, 147 entreprises ont ouvert leurs portes au grand public dans la région entre 2017 et 2020.

«Dans les Hauts-de-France, l’activité industrielle domine. L’augmentation du nombre de visites est flatteuse car elle montre la curiosité de la population : 46% des entreprises des Hauts-de-France ont plus de 50 ans. Il y a une vraie histoire à raconter, avec des archives très intéressantes à exploiter», note Cécile Pierre. Parmi les sites les plus plébiscités localement, le port de Dunkerque, le terminal méthanier de Dunkerque, la verrerie Arc ou encore les sites EDF de Bouchain et Gravelines.

Pour renforcer la visibilité de ce nouveau tourisme et lui donner de l’impulsion cet été, Entreprise et Découverte a lancé la campagne de communication «Rêves de visite» de juin à septembre. Et le principe séduit même à l’international : en 2019, sur 250 000 visiteurs dans les Hauts-de-France, 21% étaient déjà des touristes étrangers. «Ils sont attirés par cette offre car la France est l’un des rares pays à proposer de telles activités», commente la directrice déléguée de l’association.

La brasserie-distillerie Dreum, à Neuville-en-Avesnois, ouvre ses portes au public tous les samedis après-midi.

Mise en valeur des salariés et soutien de l’économie locale

Les entreprises qui ouvrent leurs portes au grand public y trouvent aussi leur compte. «Faire visiter son entreprise apporte de la transparence pour contrer le sentiment de défiance qu’éprouvent les consommateurs. Nous travaillons avec beaucoup d’entreprises de l’industrie alimentaire qui veulent rassurer leur public en leur montrant comment les produits sont fabriqués. Il faut aussi prendre en compte que 90% des entreprises ont leur propre boutique (seulement 67% dans la région, ndlr). A la fin de la visite, les clients aiment ramener un produit en souvenir de l’expérience, et ça contribue à la vente directe, sans passer par un revendeur qui prend une marge», explique Cécile Pierre. C’est le cas de la brasserie-distillerie Dreum, à Neuville-en-Avesnois, qui organise des visites tous les samedis après-midi et invite les clients à une dégustation à la fin du tour.

«C’est aussi un outil de management qui permet de mettre en valeur les ouvriers d’une entreprise, ajoute Cécile Pierre. D’ailleurs, ce sont souvent eux qui font les guides.» Pour les touristes comme les locaux, il est alors intéressant de voir les activités qui font vivre les habitant du bassin de vie dans lequel on se trouve. Yves Noirot, directeur général des Fonderies de Sougland, dans l’Aisne, en a bien conscience : «Nous ouvrons nos portes pour attirer de nouveaux talents, de nouveaux clients, mais aussi pour redonner à notre industrie le lustre d’antan et valoriser les personnes qui travaillent ici», indique-t-il. Prochainement, ses 70 salariés suivront une formation pour être les plus à même de mener les visites, parler de leur métier et transmettre la riche histoire de la fonderie.

Pendant ces vacances aux déplacements limités, la visite de savoir-faire promet de rencontrer le succès. Entreprise et Découverte espère générer de nouvelles habitudes chez les touristes grâce à sa campagne. L’association regrette toutefois un manque de collaboration avec les politiques de la région et voudrait se rapprocher du Comité régional du tourisme pour pouvoir aller toujours plus loin dans ses actions. L’appel est lancé.